Madagascar: Covid-19 / Sécurité des denrées alimentaires - Des magasins dans la capitale contrôlés

L'Agence de Contrôle Sécurité et de la Qualité des Denrées Alimentaires a fait une descente inopinée auprès de quelques magasins dans la capitale, hier.

La qualité des aliments, leur salubrité, la date de péremption, ou les conditions d'emballage. Voilà quelques points que l'Agence de Contrôle Sécurité et de la Qualité des Denrées Alimentaires (ACSQDA), a considéré lors de la descente qui a permis de constater de visu la situation des services de vente d'alimentation, dans la capitale. À l'issue d'un contrôle réalisé par l'équipe du ministère de la Santé publique vers la fin de cette semaine, deux établissements ont reçu un avertissement.

Une séance de sensibilisation a été faite durant cette descente inopinée. « Nous avons initié cette descente pour sensibiliser les établissements sur la qualité et l'hygiène des produits alimentaires. Par rapport au contexte sanitaire actuel, si les aliments sont mal emballés, le risque d'intoxication alimentaire pour le client est non négligeable », enchaîne indique Joely Nirina Ravahatra Rakotovao, directeur de l'ACSQDA.

Cette descente va s'étendre dans toute la capitale et parmi les cibles, des endroits de stockage de denrées, ou encore des gargotes et des restaurants, mais également des supermarchés.

Statistiques

Le document des procédures opérationnelles standard pour la prévention et la réponse aux toxi-infections alimentaires à Madagascar détaille en long et en large les procédures de prises en charge, de prévention dans le cadre de l'intoxication alimentaire. Dans le pays, selon ce document datant d'avril 2020 et d'après le plan de développement du secteur santé de 2015 à 2019, en 2013, le nombre de cas d'intoxication alimentaire se chiffre à six-cent-quatre-vingt-seize, dont cinq-cent-quarante-sept sont des cas de Toxi-infection Alimentaire collective (TIAC), avec vingt-deux décès enregistrés.

En 2017, près de trois-cent-quatre-vingt décès ont été enregistrés avec un taux de létalité de 0,79%. Les cas de TIAC proviennent essentiellement de la mayonnaise à partir d'œuf de cane périmé, et l'utilisation de salpêtre comme sel de cuisine. L'intoxication aux animaux marins ont également été fréquents durant l'année 2017 avec quatre-vingt cas recensés et douze décès enregistrés. Une baisse a été quand même observée pour l'année 2018, puisque les cas de TIAC étaient de cent-cinquante-six. Ces cas découlent de la consommation de mayonnaise frelatée, de viande de porc avariée et de sang de bœuf infecté.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.