Sénégal: Forfaits mobiles - Sonatel-Orange « va poursuivre ses échanges avec l'Artp »

10 Août 2020

Sommée par l'Artp de surseoir à la mise sur le marché de sa nouvelle gamme de forfaits mobiles jusqu'à nouvelle ordre, Sonate-Orange rappelle au régulateur que rien de ce qu'elle fait sur le plan commercial ne lui est étranger.

L'injonction que lui a faite l'Autorité de régulation des télécommunications et des Postes (Artp) de suspendre, jusqu'à nouvelle ordre, ses nouvelles offres mises sur le marché, le 22 juillet dernier, ne semble guère ébranler Sonatel-Orange.

En tout cas, c'est ce que laisse transparaître le communiqué laconique publié, vendredi, quelques heures après celui de l'entité régulatrice.

Toutefois, l'opérateur historique précise qu'il va « poursuivre ses échanges avec l'Artp et toutes les autres parties prenantes, et s'engage à continuer à offrir à ses clients une accessibilité toujours meilleure aux dernières technologies de communication, une qualité de service aux normes internationales et des prix adaptés favorisant l'inclusion numérique et sociale de tous ».

Sonatel-Orange fait remarquer que toutes ses initiatives commerciales, notamment le lancement de nouvelles offres ou leurs évolutions, sont « concertées avec l'Artp, dans le respect des textes en vigueur ».

Une manière de sous-entendre que l'Artp était au courant de cette nouvelle gamme de forfaits mobiles bien avant sa mise sur le marché.

La société indique que, conformément à sa politique de communication de proximité, elle a mené des séances d'échanges et d'information avec les autorités et plusieurs parties prenantes (associations de consommateurs, députés, acteurs de l'écosystème numérique et de la société civile), pour une meilleure compréhension de ces nouveaux forfaits, notamment l'allègement qu'ils constituent pour le pouvoir d'achat des plus vulnérables.

Selon Sonatel-Orange, la nouvelle gamme de forfaits mobiles a entraîné une baisse des tarifs plutôt qu'une hausse. « Les tarifs ont baissé pour 91 % des clients concernés, notamment ceux ayant les pouvoirs d'achat les plus faibles.

En effet, à travers l'amélioration des offres « Jour » et l'introduction d'offres « Semaine » avec un débours plus accessible, Sonatel-Orange a pour objectif de répondre aux besoins accrus de communication des clients en cette période de pandémie de la Covid-19 », indique l'opérateur historique.

Les nouveaux forfaits Internet de Sonatel-Orange ont provoqué une vague de protestation de nombreux clients de la société. Des mouvements de la société civile et des associations consuméristes ont même décrété, le vendredi 7 août, « Journée de boycott des produits d'Orange ».

Les récriminations à l'endroit du premier opérateur de téléphonie mobile du pays dont l'État du Sénégal détient 26 % des parts ont pris une telle ampleur que le Président de la République s'est invité au débat en demandant à l'Artp, à l'issue du Conseil des ministres du 29 juillet 2020, de « veiller davantage à la qualité du service délivré par les opérateurs aux usagers ainsi qu'à la soutenabilité des tarifs appliqués aux consommateurs ».

C'est sur la base de cette interpellation présidentielle et des nombreuses plaintes reçues de consommateurs que l'Artp avait suggéré à Sonatel-Orange de surseoir, jusqu'à nouvelle ordre, la mise sur le marché de cette nouvelle gamme de forfaits mobiles.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.