Tunisie: Un incident déplorable !

10 Août 2020
opinion

L'affaire de l'agression d'une avocate par le responsable du poste de police d'El Mourouj IV a été qualifiée par le bâtonnier des avocats de «summum de la sauvagerie».

Cette attitude «déviante et isolée» met face à face deux piliers de la justice et nuit à l'image du corps des gardiens de la paix dans notre pays. Si ce genre de bavure policière s'est passé avec une jeune avocate qui a pu relayer sa voix grâce à l'Ordre des avocats tunisiens, d'autres citoyens ordinaires, qui avouent avoir vécu de similaires mésaventures, se sont contentés de raconter les faits sur les réseaux sociaux sans pouvoir aller au-delà, car craignant de voir les foudres des sécuritaires s'abattre sur eux.

Et c'est justement là que se situe le danger. Celui de voir des centaines de citoyens ne plus emprunter la voie du commissariat pour se plaindre, par peur d'être malmené sans pouvoir riposter. En effet, l'effritement des liens sociaux entre les citoyens et les policiers renforce le climat d'insécurité et favorise le crime. Ces attitudes craintives éloignent la police de la population et ébranlent son rôle de force publique au service des citoyens. Or, le premier des impératifs républicains, c'est la fonction prééminente de l'Etat d'assurer l'ordre et la sécurité. C'est pourquoi les forces sécuritaires sont comptables de l'inquiétude publique qui se trouve aujourd'hui nourrie par un sentiment d'insécurité dans les postes de police, sans parler de ce qu'ils encourent dans les rues. A l'instar des avocats, les Tunisiens ne demandent rien de plus aux policiers que de remplir cette mission tout en préservant la dignité des plaignants. Ils attendent d'elle soutien, responsabilité et résultats. Car une bonne police est le socle de toute patrie, le ciment de la cohésion nationale.

Certes, dans cette profession, qui est une éternelle source de prise de risques, les agents sont souvent sous pression et ont les nerfs à vif, mais en aucun cas cela ne peut justifier les bavures envers les citoyens. Car l'action des policiers, qui nécessite du courage et de la détermination ne doit pas brûler d'une passion qui heurte, parfois, plus que de raison, le cœur du citoyen.

Afin de préserver l'image d'une police au service du citoyen, de tels incidents ne devraient plus se produire quel que soit le contexte.

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.