Kenya: Le changement climatique fait grimper les prix des denrées alimentaires

10 Août 2020

[NAIROBI] Selon un chercheur en agriculture, les prix des denrées alimentaires pourraient augmenter en Afrique subsaharienne au moment où les agriculteurs sont moins bien payés pour leurs produits, car les chocs climatiques aggravent les problèmes des systèmes alimentaires déjà en difficulté.

Réagissant à un rapport récent sur la réinitialisation des systèmes alimentaires brisés qui sont durement touchés par le changement climatique, Timothy Njagi, chercheur à l'Institut de politique et de développement agricole de Tegemeo au Kenya, affirme que cela aggravera la sécurité alimentaire et nutritionnelle, en particulier pour les aliments frais qui sont facilement périssables.

« Pour les consommateurs, cela a un effet important sur la nutrition en raison de la valeur nutritionnelle des aliments frais tels que les fruits et légumes », explique-t-il à SciDev.Net. Rédigé sous la coordination du Programme de recherche du CGIAR[1] sur le changement climatique, l'agriculture et la sécurité alimentaire (CCAFS), le rapport appelle à l'amélioration des moyens de subsistance agricoles et ruraux en Afrique subsaharienne pour s'attaquer à des problèmes tels que la pauvreté, la nutrition et la résilience.

Le rapport fournit une feuille de route pour réparer les systèmes alimentaires qui ont déjà été durement touchés par le changement climatique, de la petite agriculture à la production à grande échelle.

Il souligne la nécessité de réduire « l'impact des conditions météorologiques variables et des événements extrêmes en accordant une attention particulière aux systèmes d'alerte précoce inclusifs, aux filets de sécurité adaptatifs et aux conseils et autres services tenant compte du climat ». Il recommande également de reconsidérer les politiques, les finances, le soutien aux mouvements sociaux et l'innovation.

« Nous aurons besoin d'une coalition regroupant le gouvernement, le secteur privé [et d'autres] acteurs pour résoudre ces problèmes et saisir les nouvelles opportunités », déclare Bruce Campbell, directeur du CCAFS. « Peut-être que le plus important pour l'Afrique subsaharienne est de créer un environnement politique propice afin que nous incitions au changement », ajoute-t-il.

Bruce Campbell explique que les plus de 60 millions de ménages agricoles de l'Afrique subsaharienne devraient être connectés à de nouvelles opportunités, telles que les plateformes numériques, afin de pouvoir échanger et recevoir des connaissances et obtenir des prévisions météorologiques qui puissent les aider dans leurs activités agricoles.

Selon ce dernier, « [un] gros impact pourrait être sur les importations et les exportations alimentaires et sur les intrants agricoles », dit-il, expliquant que le commerce international a déjà été touché, les agriculteurs « jetant des fleurs coupées au Kenya en raison de la défaillance des marchés ».

Stratégie rapide

Le rapport indique que la pauvreté, l'insécurité alimentaire et la vulnérabilité au changement climatique sont plus prononcées en Afrique subsaharienne et qu'une stratégie rapide est nécessaire pour reconstruire des systèmes alimentaires fracturés, en particulier avec le changement climatique qui risque de causer plus de dégâts dans les années à venir.

Timothy Njagi confie à SciDev.Net qu'il y a une forte probabilité que les prix des produits de base augmentent en raison des récents chocs tels que les inondations en Afrique de l'Est et l'invasion de criquets pèlerins dans la corne de l'Afrique et en Asie du Sud.

En mai, un rapport de l'ONU mettait en garde contre une « urgence alimentaire mondiale » et le fait que les petits exploitants en Afrique subsaharienne soient confrontés à une augmentation de la sécheresse, des inondations et des invasions de criquets pèlerins liées au changement climatique.

Le rapport a pris deux ans pour être achevé et comprend les commentaires et les opinions de plus de 100 experts.

« Nous avons mobilisé des agriculteurs, des jeunes, des scientifiques, des acteurs du développement, des décideurs et le secteur privé », affirme Bruce Campbell. Il ajoute que les événements climatiques extrêmes et les conditions météorologiques étranges augmenteront en fréquence et en gravité, entraînant ainsi des flambées de nouveaux ravageurs et de nouvelles maladies.

Timothy Njagi dit que la région doit investir davantage dans la recherche et le développement, en particulier ceux qui développeront des solutions locales.

« Les innovations comprennent des technologies permettant d'économiser le temps de travail telles que la mécanisation... les systèmes de vulgarisation, en particulier ceux qui tirent parti de la technologie nécessitant moins d'interaction de personne à personne [et] les innovations du marché reliant directement les producteurs et les consommateurs », explique-t-il à SciDev.Net.

Cet article a été produit par le desk anglophone de SciDev.Net pour l'Afrique subsaharienne.

Références

[1] Consultative Group on International Agricultural Research

Achim Steiner and others Actions to transform food systems under climate change (CGIAR Research Program on Climate Change, Agriculture and Food Security, 25 June 2020)

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.