Sénégal: Saint-Louis - Célébration de la 37ème journée nationale de l'arbre à Fass-Ngom

C'est le CEM de la commune de Fass-Ngom qui a abrité hier, dimanche 09 août, la cérémonie officielle de la célébration de la Journée nationale de l'arbre dans la région de Saint-Louis.

Une occasion saisie par l'Adjointe au Gouverneur de Saint-Louis en charge du Développement, qui a présidé la cérémonie, pour insister sur la nécessité pour les populations d'avoir le réflexe de planter des arbres.

Fatou Makhtar Fall est également revenue sur les nombreuses vertus du baobab, arbre choisi comme parrain de cette 37ème édition de la Journée de l'arbre.

C'est dans la commune de Fass-Ngom, plus précisément au niveau du CEM de ladite localité, que l'Adjointe au Gouverneur en charge du Développement, Fatou Makhtar Fall, a présidé hier, dimanche 09 août, la cérémonie officielle de la célébration de la Journée nationale de l'arbre.

L'Adjointe au Gouverneur a précisé que le baobab a été choisi pour parrainer cette journée, insistant longuement sur la nécessité d'avoir le réflexe de planter des arbres.

C'est une action qui permet de contribuer à l'augmentation de l'espérance de vie des populations des zones arides ou semi-arides dont la région du Nord fait partie.

En d'autres termes, c'est en fait une action de pérennisation et d'exploitation durable des ressources naturelles.

Le reboisement apparaît ainsi comme un outil privilégié pour lutter contre la pauvreté et valoriser les ressources locales. Selon toujours l'Adjointe au Gouverneur de Saint-Louis, le baobab est un arbre sacré dans de nombreux pays d'Afrique.

Également surnommé "arbre magique", la pulpe de ce fruit est consommée depuis bien des années par les ethnies locales d'Afrique.

D'ailleurs, elle est souvent utilisée au Sénégal pour une boisson rafraîchissante et énergétique nommée «bouye» (un mélange d'eau ou de lait concentré et de poudre de baobab).

«Les Africains ne se contentent pourtant pas seulement de la pulpe du fruit : toutes les parties du baobab sont exploitées pour leurs nombreuses vertus nutritionnelles et thérapeutiques.

Et quand on dit toutes, c'est toutes ! (Racines, écorce, tronc, feuilles, graines et pulpe)». Le baobab s'intègre également dans plusieurs préparations de remèdes traditionnels africains.

En marge de cette cérémonie, le président du Gie Suxali Thianialdé, Djiby Sow, a rappelé que la deuxième phase du projet de réhabilitation de la forêt classée de Mpal, financée par le Programme de Micro Financement du FEM (PMF/FEM), pour un coût global de 13.350.000 FCfa et une durée de deux ans, a été bouclée.

Il a rendu un vibrant hommage au coordonnateur national de ce Programme, Khatary Mbaye, pour la grande tournée nationale qu'il avait effectuée depuis deux ans, en vue de remettre des financements à une dizaine d'organisations communautaires de base (OCB) sénégalaises, bénéficiaires d'un financement global de près de 174 millions Cfa.

La cérémonie a eu lieu en présence de l'Adjointe du Préfet du Département de Saint-Louis, du maire de Fass-Ngom, Alioune Sarr, du Commandant Daniel Manga, chef du service régional des Eaux et Forêts, de Moussa Gueye, chef du service régional de l'Environnement, Djiby Sow, président du Gie Suxali Thianialdé de la commune de Fass Ngom, qui fait partie de ces Organisations communautaires de base (OCB) qui collaborent étroitement avec le PMF/FEM (Programme de Micro Financement / Fonds pour l'Environnement mondial) et qui a contribué efficacement à l'organisation de cette journée, et de plusieurs autres autorités administratives, municipales, coutumières et religieuses.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.