Sénégal: Abdou Ndouckour Kacc Ndao sur le 3ème mandat - «Macky Sall a intérêt à sortir par la grande porte»

Les soupçons d'une tentative d'un troisième mandat par le chef de l'Etat, Macky Sall en 2024, restent réels, accentués en cela par l'attitude de ses pairs de la sous-région, notamment Alassane Dramane Ouattara (Côte d'Ivoire) et Alpha Condé (Guinée).

Toutefois, le socio-anthropologue, Abdou Ndouckour Kacc Ndao, pense qu'il serait mieux pour le président Sall de chercher à quitter le pouvoir par la «grande porte». Il était l'un des invités de l'émission LR du temps sur iRadio, hier dimanche 9 août.

L a réponse «ni oui» «ni non» du chef de l'Etat, Macky Sall concernant le troisième mandant a installé une incertitude dans la tête des populations, surtout avec l'actualité sous régionale marquée par les candidatures du président Ivoirien, Alassane Ouattara et celle Guinéen, Alpha Condé. Un flou artistiquement orchestré par le président Sall qui fait débat.

Sur les ondes de la radio privée, iRadio à l'émission LR du temps d'hier, dimanche 9 août, les invités du journaliste Alassane Samba Diop ont évoqué ladite question. De l'avis du socio-anthropologue, Abdou Ndouckour Kacc Ndao, le président de la République n'a pas encore donné une réponse tranchée sur la question.

Toutefois, il n'a pas manqué d'avertir le président Macky Sall sur un éventuel désir de briguer un troisième mandat. Selon lui, «il (Macky Sall) a intérêt à ne pas remuer la gueule du lion. Il a intérêt à sortir par la grande porte.

On a vu beaucoup de ruse sur la formulation et l'état d'esprit du président de la République. Je pense qu'il devrait nous aider à dépasser cette question de troisième mandat. C'est le meilleur service qu'on peut rendre à un Etat africain déjà fragile».

De son côté, l'autre invité, à savoir Nalla Ndiaye, chercheur en Science politique est beaucoup plus formel sur la volonté du chef de l'Etat de demander les suffrages des sénégalais en 2024.

A son avis, le président Macky Sall tentera de briguer un troisième mandat comme ses compères Ouattara et Condé et comme son prédécesseur Me Abdoulaye Wade. «S'il ne le fait pas, il va mettre quelqu'un», a-t-il précisé.

La question des élections locales a été évoquée par les deux invités qui restent certains qu'elles seront reportées. M. Ndao reste persuader que techniquement, il est impossible d'organiser ces joutes électorales. «Macky Sall va encore nous mettre des coups fourrés.

S'il n'y avait pas la Covid19, il évoquerait comme motif les inondations», affirme-t-il. Pour sa part, Nalla Ndiaye pense que le régime n'est pas encore dans les dispositions de tenir des élections.

Selon lui, le report des élections n'arrange que le camp présidentiel qui doit, d'abord, régler, les contradictions notées entre ses membres.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.