Cameroun: Système sanitaire - Le test d'endurance

La pandémie de Covid-19 a provoqué un choc inédit, constituant un énorme défi pour les hôpitaux, les personnels soignants et les hommes de sciences.

En 2018, dans une conférence à la Massachusetts Medical Society consacrée au centenaire de la grippe espagnole, -qui du reste n'avait d'espagnole que le nom, et causa la mort de 50 millions de personnes-, des personnalités scientifiques avaient indiqué que la prochaine catastrophe mondiale prendrait la forme d'une pandémie. Causée par un virus hautement infectieux, il se disait qu'elle se propagerait rapidement au monde entier et que nous ne serions pas préparés à l'affronter. Les faits donnent aujourd'hui raison aux prévisions.

L'épidémie a frappé de plein fouet notre pays comme le reste du monde, submergeant rapidement son système de santé. C'est qu'après les premiers cas détectés à l'aéroport international de Yaoundé-Nsimalen, d'autres ont suivi très rapidement à Douala, la plus grande ville du pays, puis à Bafoussam. Des mesures sont prises tout aussi rapidement par le gouvernement pour isoler les cas initiaux, dépister et tracer les contacts. Objectif, limiter la transmission au sein des communautés. Des contraintes considérables, dont des difficultés à élargir le dépistage et le traçage des contacts, fournir des respirateurs artificiels pour les personnes gravement atteintes ainsi que des équipements de protection individuelle adaptés pour le personnel médical, les capacités limitées des unités des soins intensifs, tendent à handicaper la riposte. Forte pression donc sur les capacités d'accueil et les plateaux techniques des hôpitaux, toutes catégories confondues. Dans cette mouvance, les personnels soignants, des médecins spécialistes aux généralistes, en passant par les infirmiers des services des urgences à la réanimation, n'ont pas échappé à cette forte poussée de tension. Certains y ont laissé leur vie en sacrifice.

Sans se décourager, les autorités sanitaires soutenues par le gouvernement, les partenaires au développement et la communauté nationale prennent le taureau par les cornes. C'est la mobilisation tous azimuts contre le Covid-19. Des programmes d'éducation des communautés mettant l'accent sur l'hygiène des mains et l'éloignement physique sont mis en place. Une modélisation de l'épidémie permet de quantifier les besoins et l'approvisionnement en soins de santé. Ainsi, des kits de test sont rendus disponibles, des techniciens de laboratoire formés et les dépistages massifs, puis rapides et ensuite mobiles s'organisent sur l'ensemble du pays. Semaine après semaine, les campagnes de tests volontaires et gratuits s'intensifient, les cas détectés sont isolés, traités et leurs contacts suivis méticuleusement. Entre temps, des équipements de protection individuelle appropriés ont été fournis aux personnels soignants. Dans l'urgence, des unités de prise charge spécialisées et uniquement dédiées à la maladie sont créées à Yaoundé, Douala, Bafoussam, principaux foyers de l'épidémie. D'autres ont suivi dans les régions. La prise en charge y est gratuite pour tous les patients.

En matière de traitement au Cameroun, il y a le protocole officiel : mélange de chloroquine que le Cameroun s'est du reste mis à produire et d'azithromycine pour traiter les patients atteints. A côté, des offres alternatives portées par la médecine traditionnelles ont émergé, fort de la richesse de la pharmacopée locale. Dans ce domaine, Mgr Samuel Kleda, archevêque de Douala, phytothérapeute, et d'autres initiatives portées par différents naturopathes ont été d'un bon secours, faisant leurs preuves.

Les objectifs de la lutte contre le Covid-19 ne sauraient être atteints sans l'implication de la communication pour le changement des comportements. Ainsi, les populations sont en permanence informées, par des messages radio et des spots télévisés, des risques de Covid-19, des gestes préventifs et des mesures à prendre en cas de suspicion de maladie. Tout en essayant de lutter contre la propagation de rumeurs, qui peuvent compliquer la lutte contre l'épidémie.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.