Cote d'Ivoire: Présidentielle 2020 - Sidi Tiémoko Touré invite la classe politique à œuvrer pour la tenue d'un scrutin apaisé

document

Le porte-parole du gouvernement ivoirien, le ministre de la Communication Sidi Tiémoko Touré a invité la classe politique à œuvrer pour la tenue d'un scrutin apaisé.C'était au cours d'une conférence de presse, ce lundi 10 octobre 2020, à son cabinet à Abidjan-Plateau.

Le ministre Touré a décrypté, le message à la nation du Président Alassane Ouattara, à l'occasion de la célébration du 60e anniversaire de l'accession de la Côte d'Ivoire à la souveraineté internationale.

A propos de la candidature du Président Ouattara à la présidentielle du 31 octobre 2020, il a indiqué que conformément à la constitution de 2016 instaurant la IIIe République, cette candidature sera la première de la IIIe République. « Elle est donc légale et conforme au principe fondamental de la non rétroactivité des lois », a affirmé le ministre Sidi Touré.

Pour un scrutin apaisé, il a souligné que cela passe par l'utilisation d'un ton apaisé. « Le débat citoyen doit se mener, mais dans le strict respect des principes qui fondent notre Nation, à savoir l'Union, et la Discipline », a soutenu M. Touré. Et d'ajouter que face à l'histoire, les politiques en Côte d'Ivoire ont une responsabilité, celle de transmettre notre pays, plus fort que nous l'avons reçu.

Les propos liminaires du porte-parole du gouvernement, Sidi Tiémoko

Chers Amis de la Presse,

Comme vous le savez, le vendredi 07 août dernier marquait le soixantième anniversaire de l'accession à l'indépendance de notre pays bien aimé, la Côte d'Ivoire.

Ces soixante ans de vie et de souveraineté nous renvoient incessamment à revisiter notre parcours, apprécier nos acquis et, bien évidemment, à insuffler l'espérance de nos perspectives.

Mesdames, Messieurs,

Comment entreprendre cet exercice, sans nous remémorer les sacrifices des pères fondateurs, ceux-là même qui ont cru aux idéaux de paix, de cohésion et de solidarité dans lesquels ils ont bâti la Nation Ivoirienne.

Je voudrais me souvenir de la mémoire du Président Félix Houphouët-Boigny, le père de la Côte d'Ivoire indépendante, et de ses compagnons. Ces valeureux hommes et femmes qui au prix de combien d'efforts nous ont légué cette belle Nation.

Je voudrais saisir l'occasion de cette rencontre, pour souhaiter les vœux de bonheur et de succès à chacune et chacun d'entre vous, mais aussi à tous les Ivoiriens pour cette fête de l'indépendance.

Mesdames et Messieurs,

Dans sa traditionnelle adresse à la Nation le 06 août 2020, le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, a retracé le parcours, de ces six décennies d'existence, fait d'épopées glorieuses, mais aussi de pages sombres. Le contexte difficile, lié à la pandémie du coronavirus (COVID-19), dans lequel cette célébration est intervenue, la rend encore plus particulière.

Si la Côte d'Ivoire a brillé durant ses trente premières années d'indépendance pour s'essouffler par la suite, elle est plus rayonnante aujourd'hui. Car depuis son accession à la magistrature suprême en 2011, le Président de la République, par un leadership éclairé a repositionné en neuf (09) ans, la Côte d'Ivoire dans la dimension qui devrait être toujours la sienne.

Avec un taux de croissance moyen de huit (08) % par an sur la période concernée, le Gouvernement s'est évertué à porter des programmes ambitieux dont les résultats se traduisent par :

l'accroissement d'infrastructures communautaires de bases (écoles ; centres de santé ; eau potable ; électricité ; voiries ; couverture sociale ; etc.) dans l'ensemble des trente-et-une (31) régions du pays ;

l'augmentation du pouvoir d'achat des populations avec la revalorisation du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) et du traitement indiciaire du salaire des fonctionnaires, ainsi que l'amélioration nette des revenus de nos braves parents paysans sont effectifs ;

l'assainissement du climat des affaires pour le secteur privé favorable à l'investissement a permis à des milliers de nos jeunes d'accéder à un emploi décent, et par voie de conséquence, de s'offrir des perspectives d'avenir dans cette Côte d'Ivoire qui se veut d'une prospérité inclusive

Mesdames, Messieurs, Chers Amis de la presse,

L'intervention solennelle du Président de la République, le 06 août dernier, a eu pour écho principal, l'annonce de sa candidature à la présidentielle du 31 octobre 2020. Une annonce dont il me semble important ici de rappeler le contexte.

Le Président de la République, dont les vertus d'homme d'Etat ne sont plus à démontrer, à plusieurs fois émis la volonté de transmettre le pouvoir d'Etat à une plus jeune génération. Cette ambition s'est concrétisée le 12 mars 2020 par la désignation du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, Paix à son âme, comme candidat du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) à la présidentielle du 31 octobre 2020.

Malheureusement, le 08 juillet 2020, l'irréparable s'est produit, avec la disparition de notre Chef d'équipe. A la suite de cela, c'est unanimement et de façon concertée, au regard des enjeux pour la Côte d'Ivoire et des perceptives qu'elle s'est tracée, qu'une grande partie des Ivoiriens, dans leur diversité, ont sollicité le Chef de l'État pour un sacrifice supplémentaire pour la préservation des nombreux acquis.

Au cours de ce message à la Nation, le Chef de l'État, qui a toujours répondu à l'appel des Ivoiriens, a bien voulu répondre favorablement à notre requête. Permettez-moi ici de lui dire merci.

Aussi, il me plaît d'indiquer que conformément à la constitution de 2016 instaurant la IIIe République, dont le peuple souverain de Côte d'Ivoire s'est librement doté, cette candidature du Président de la République sera la première de la IIIe République. Elle est donc légale et conforme au principe fondamental de la non rétroactivité des lois.

En tout état de cause, je voudrais indiquer que notre pays, dispose aujourd'hui d'Institutions fortes et indépendantes. Et en la matière, il reviendra au Conseil Constitutionnel, de trancher définitivement sur cette question, ainsi que celles relatives à toutes les autres candidatures déclarées.

Pour l'heure, je voudrais inviter la classe politique à œuvrer pour la tenue d'un scrutin apaisé. Cela passe par l'utilisation d'un ton apaisé. Le débat citoyen doit se mener, mais dans le strict respect des principes qui fondent notre Nation, à savoir l'Union, et la Discipline.

Face à l'histoire, nous avons une responsabilité, celle de transmettre notre pays, plus fort que nous l'avons reçu.

Au terme de mon intervention, je voudrais tous vous remercier pour votre présence à cette conférence de presse.

Je me tiens à votre disposition, pour ce moment d'échanges et de partage.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.