Congo-Brazzaville: Révision de la loi électorale -L'UDH-Yuki récuse le vote par anticipation de la force publique

Le président national de l'Union des démocrates humanistes-Yuki (UDH-Yuki), Guy Brice Parfait Kolélas, a, dans une déclaration rendue publique le 9 août à Brazzaville, indiqué que rien ne justifie le vote par anticipation de la force publique et la mise en place d'une liste électorale spéciale les concernant.

L'avant-projet de loi complétant et modifiant certaines dispositions de la loi électorale 2001 se trouve depuis quelques jours sur la table du Parlement pour examen et adoption.

En effet, ce texte proposé par le ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation, prévoit, entre autres, le vote par anticipation des agents de la force publique ainsi que l'établissement d'une liste électorale spéciale. Selon Guy Brice Parfait Kolélas, ces nouvelles dispositions violent la Constitution du 25 octobre 2015.

« Si nous acceptons, aujourd'hui, l'établissement d'une liste d'enrôlement spéciale des agents de la force publique et admettons en même-temps le vote par anticipation des militaires, gendarmes et policiers sous prétexte de leur laisser une marge pour mieux sécuriser les élections le jour du scrutin, nous validerons alors la fraude par le double vote et le bourrage des urnes, au profit du candidat du PCT », a-t-il déclaré, précisant que les effectifs réels des agents de la force publique ne sont pas maîtrisés par l'absence de la biométrie.

Selon le président de l'UDH-Yuki, le vote de ce projet de loi consacrera la confiscation du pouvoir par le PCT et sa majorité présidentielle. C'est ainsi qu'il a invité les députés et sénateurs à ne pas voter ce texte dans sa forme actuelle. « Le peuple qui vous a confié ces mandats de députés et de sénateurs peut à tout moment vous les reprendre », a-t-il prévenu.

Guy Brice Parfait Kolélas a, par ailleurs, appelé à la conscience de l'opposition politique congolaise pour une union sacrée contre ce « déni récurrent de démocratie. » « Le ministre de l'Intérieur en déposant ce projet de loi modifiant unilatéralement la loi électorale et ce, contrairement aux conclusions des concertations politiques, montre à suffisance le mépris qu'il a de l'Opposition politique congolaise ainsi que du peuple que nous représentons... », a-t-il conclu.

Notons que l'UDH qui compte près de dix élus au Parlement (Sénat et Assemblée nationale) est membre de l'opposition politique congolaise que dirige Pascal Tsaty-Mabiala. Son président fondateur est l'un des premiers Congolais à avoir publiquement exprimé ses intentions de se présenter à la prochaine élection présidentielle.

En 2016, Guy Brice Parfait Kolélas a occupé la deuxième place, derrière le président sortant, Denis Sassou N'Guesso, devançant ainsi ses collègues de l'opposition.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.