Seychelles: Efforts en cours sur l'île de Praslin aux Seychelles pour restaurer les zones humides

L'objectif d'un nouveau projet est de prévenir la perte de zones humides sur la deuxième île la plus peuplée des Seychelles - Praslin - en améliorant la couverture végétale sur les contreforts dégradés des zones humides.

Le projet - un effort communautaire de réhabilitation écologique côtière utilisant une approche écosystémique - est mis en œuvre à Pasquière. L'organisation à but non lucratif basée à Praslin, Terrestrial Restoration Action Society of Seychelles (TRASS), entreprend les travaux de restauration.

Il vise également à supprimer les espèces végétales envahissantes qui empiètent sur les zones humides et à replanter des espèces indigènes, à réduire l'érosion des sols de la terre vers le parc marin de Curieuse ainsi qu'à améliorer la biodiversité globale.

Elvina Henriette, consultante en biodiversité travaillant avec TRASS, a expliqué que le projet est centré sur l'utilisation de solutions naturelles connues sous le nom d'approches écosystémiques, par des groupes locaux et des communautés, pour réhabiliter la zone dégradée.

Le projet de 18 mois comprendra une étude du marais, de la mangrove et des collines pour élaborer le plan de réhabilitation. (Elvina Henriette) Photo License: All Rights Reserved

«Les collines de Pasquière ont déjà souffert de nombreux incendies de forêt et maintenant elles sont presque nues avec peu de végétation. Les pluies emportent les sols des collines, qui se déposent dans le marais et les rivières en aval », explique Mme. Henriette. Mme Henriette a déclaré qu'en conséquence «le marais est obstrué par des sédiments, ce qui favorise l'établissement et la propagation d'espèces végétales envahissantes comme le Cocoplum, l'Albizia et le Bwa zonn».

Le consultant a ajouté que ces plantes envahissantes étouffent et empêchent la croissance des plantes indigènes. «Les sédiments emportés et les plantes envahissantes bloquent le marais, empêchant ainsi le marais de sa fonction normale. Les sédiments se retrouvent également dans le parc marin de Curieuse, qui borde le site du projet », a déclaré Mme. Henriette.

Le projet de 18 mois comprendra une enquête sur le marais, la mangrove et les collines pour élaborer le plan de réhabilitation, la formation des participants aux techniques d'inventaire, de suivi et d'identification des plantes, la production végétale dans la pépinière de TRASS ainsi que le reboisement des collines.

La production des plantes se fera dans la pépinière gérée par TRASS. (Elvina Henriette) Photo License: All Rights Reserved

Marc Jean Baptiste de TRASS a déclaré qu'à la fin du projet, ils s'attendent à voir la zone humide restaurée dans son état d'origine. «Avec la dégradation qui s'est produite, avec les plantes envahissantes qui ont colonisé le marais et ce projet devrait insuffler une nouvelle vie dans la zone humide et restaurer son écosystème.

Le comité du bassin versant de l'adaptation basé à Praslin Eco est l'un des partenaires de soutien du projet. Le membre du groupe, Vicky Stravens, a déclaré que ce projet permettra au comité de sensibiliser le public à l'importance des zones humides. «Nous devons éduquer les gens sur l'importance de la zone humide en général ainsi que sur les différentes espèces, pas seulement les plantes qui vivent dans les zones humides», a expliqué Mme. Stravens.

On s'attend également à ce que la réhabilitation et la gestion de la zone humide de Pasquière sur Praslin influencent les procédures et les politiques concernant la réhabilitation de l'habitat en utilisant des approches au niveau du paysage et basées sur l'écosystème. Il est financé par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (UNEP) dans le cadre du Plan d'action stratégique pour l'océan Indien occidental (WIOSAP).

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.