Algérie: Les allégations sur de prétendues restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf balayées

Brixelles — Le Haut-Représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de Sécurité, Josep Borrell, a, une nouvelle fois, balayé d'un revers de main les provocations mensongères de l'eurodéputée italienne Silvia Sardone (Lega), du groupe politique d'extrême droite Identité et Démocratie (ID), sur des prétendues "restrictions de déplacement" dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf.

Dans une réponse à la question écrite de l'eurodéputée italienne, Borrell a, tout d'abord, souligné que "les informations dont disposent le Service européen pour l'Action extérieure, la Commission et la délégation de l'UE à Alger ne permettent pas la confirmation des incidents signalés".

En outre, le chef de la diplomatie européenne a souligné qu'"en coopération avec les autorités des camps sahraouis, les autorités algériennes ont scellé les camps avec un cordon sanitaire au niveau de Tindouf le 18 mars 2020", tout en mettant en exergue le fait que "l'armée algérienne a installé un hôpital militaire entièrement équipé par les appareils médicaux de lutte contre la Covid-19".

Cette précision faite par le haut responsable européen tord définitivement le cou aux allégations mensongères colportées par certains eurodéputés et leurs sponsors sur de prétendues restrictions de déplacement au sein des camps.

Pour rappel, la députée italienne avait adressé, le 6 février 2020 avec neuf de ses collègues du groupe identitaire d'extrême droite (ID), tous membres du parti italien 'Lega', une question écrite au Haut représentant de l'UE portant sur le décret présidentiel numéro 18-96 du 20 mars 2018 instituant une zone économique exclusive (ZEE) au large des côtes algériennes.

Dans sa réponse, datée du 14 avril 2020, M. Borrell les a sèchement éconduits sur cette question biaisée en rappelant que le décret présidentiel en question prévoyait la possibilité de modifier les limites de la ZEE par le biais d'accords bilatéraux avec des Etats voisins, conformément à la Convention des Nations unies de 1982 sur le droit de la mer, et en affirmant qu'il s'agit d'une "question bilatérale entre l'Algérie et l'Italie sur laquelle l'UE n'a aucune compétence".

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.