Congo-Kinshasa: Sankuru - La Communauté des Ankutshu-Anamongo scelle la réconciliation

A propos de la réconciliation au Sankuru

La communauté des Ankutshu-Anamongo fixe l'opinion

Au regard de plusieurs initiatives en gestation pour ramener la paix de cœur et d'esprit ainsi que la solidarité entre les fils et filles du SANKURU, le Conseil National des Sages, Organe directeur de la Communauté des Ankutshu-Anamongo, s'est réuni le Mercredi 05 août 2020 pour réfléchir et proposer des pistes susceptibles de permettre des rencontres d'échanges entre les notabilités sans pouvoir tomber dans la démagogie, le spectacle et les arrières pensées politiciennes. Après trois heures d'échanges et de concertation, le Conseil national des sages de la Communauté des Ankutshu-Anamongo/Sankuru est d'avis que la réconciliation entre fils et filles du Sankuru devrait d'abord se sceller autour des impératifs qui suivent :

Le respect et l'engagement par tous à respecter les Lois de la République ainsi que l'Autorité légalement établie non seulement au niveau national mais également au niveau provincial et local ;

L'engagement par tous de s'impliquer individuellement et collectivement au rétablissement et à la promotion de l'Etat de droit au SANKURU. Aussi longtemps qu'il y aura des personnalités qui croient détenir le droit divin de vie ou de mort sur cette population appauvrie et insécurisée, il ne sera pas possible qu'une véritable réconciliation prenne racine. Les pratiques d'intouchables, les pratiques de haine et d'exclusion, les pratiques de prise en otage de la Province doivent céder le pas à l'égalité pour tous en tant que concitoyens.

La mise en place des animateurs des organes sécuritaires et judiciaires qui soient au-dessus de la mêlée, non affiliés ni dépendants des colorations politiciennes et qui ne considèrent que les intérêts supérieurs de la Nation et de la Province ;

Comme l'atteste les experts en Négociation et gestion des conflits au niveau national et international, et le Président de la Communauté en est un, la négociation n'a de chances d'aboutir que quand les parties prenantes au conflit sont disposées à trouver un terrain d'attente par le dialogue et les échanges ; quand une partie estime qu'il peut trouver la solution par la force ou la ruse pour être seul gagnant, il est absolument difficile qu'une négociation distributive aboutisse. C'est pourquoi, aussi longtemps que des forces politiques tiennentmordicus à bloquer le processus grâce à leur grande capacité de manœuvre et veulent imposer à la population leur vision, cela pose fondamentalement un problème. Une véritable réconciliation est celle qui vise des résultats gagnant-gagnant et non gagnant-perdant ;

Le Conseil National des Sages encaisse plusieurs flèches de la part des politiques de la Province pour le seul fait que la Communauté des Ankutshu-Anamongo relaye les voix de sans voix de la population du Sankuru qui aspire à la paix, à la justice, à la solidarité et au développement. La Communauté des Ankutshu-Anamongo n'est nullement une structure sociale qui veut s'arroger le droit de décider quoique ce soit mais c'est un cadre par excellence consacrépour la conciliation et le dialogue depuis le Congrès de Lodja en Mars 1960 ; comme Société Civile elle émet des observations, fait des propositions et parfois émet des critiques constructives pour permettre aux décideurs d'en juger la pertinence et ainsi prendre des mesures appropriées. Notre Communauté n'a pas vocation d'être en concurrence avec les forces politiques ou les personnes qui les représentent. Les différents services de l'Etat assument le pouvoir régalien en Province, nos élus Députés nationaux et Provinciaux ainsi que les Sénateurs animent la Démocratie représentative et nous Société Civile, sommes là pour animer la Démocratie participative. Personne n'a le droit de nous dénier cette prérogative inhérente à toute Démocratie moderne. Les aspirations profondes et bien légitimes de nos populations impliquent la stabilisation des institutions provinciales. A cet effet, tous les six Comités élus des territoires Katako-kombe, Kole, Lodja, Lomela, Lubefu et Lusambo ainsi que les Organes tels que le Comité Exécutif nationalet le Conseil national des sages s'étaient publiquement prononcés à cet effet et les hautes Autorités nationales en étaient saisies ;

C'est pourquoi, dans ce contexte de la recherche d'une réconciliation, chaque catégorie socio-politico-professionnelle doit chercher des pistes des solutions par rapport aux mieux-être des populations du SANKURU et à la stabilisation de la Province pour permettre son décollage socio-économique. Les politiques, les hommes d'affaires, les acteurs de la Société Civile ainsi que nos respectés Hommes d'Eglise, tous nous devrions viser la prospérité du SANKURU et non nos intérêts personnels, nos humeurs partisanes et nos dividendes politiques. Que les ainés approchent les jeunes et que ces derniers respectent les anciens dans une perspective d'acceptation mutuelle. Le SANKURU est notre Maison Commune, et notre Patrimoine Commun. Pour sa stabilité et son épanouissement, la Communauté des Ankutshu-Anamongo vous propose l'attitude de la véritable mère du bébé vivant que le roi SALOMON se proposait de couper en deux pour satisfaire les deux femmes qui s'en réclamaient mères. Oui, si chacun de nous pouvait se remettre en question pour faire un pas vers l'autre en abandonnant une partie de ses ambitions en privilégiant l'intérêt de la Maison Commune de façon à permettre de partager une vision qui nous mobilise vers des lendemains meilleurs, le SANKURU pourra mieux démarrer et aura à contribuer significativement au rendez-vous du donner et du recevoir de chaque Province pour la prospérité de notre pays la République Démocratique du Congo.

Fait à Kinshasa, le 06/08/2020

Pour la Communauté des Ankutshu-Anamongo

Prof. Lohekele Kalonda André

Président du Conseil National des Sages

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.