Congo-Kinshasa: Insécurité dans les deux Kivu et Ituri - Les trois Gouverneurs en plaidoirie auprès de l'Assemblée nationale

Des déplacées de Bijombo, sur les hauts plateaux du Sud-Kivu (RDC), le 18 novembre 2019

Malgré les vacances parlementaires, le Bureau de la Chambre basse du parlement ne cesse de travailler pour le bien-être du peuple congolais. Hier, lundi 10 août 2020, Carly Nzanzu Kasivita, Théo Ngwabidje Kasi et Jean Bamanisa Saidi, respectivement Gouverneurs du Nord Kivu, Sud-Kivu et Ituri ont rencontré le deuxième vice-président du bureau de l'Assemblée nationale, Boniface Balamage Nkolo.

Au menu de leur échange, la question épineuse liée à l'insécurité dans ces trois provinces. Les trois exécutifs provinciaux étaient face à leurs caucus des élus nationaux en plus de la Commission Défense et sécurité de l'Assemblée nationale.

Les trois gouverneurs ont, à tour de rôle, plaidé auprès de la représentation nationale au sujet de difficultés liées à l'éradication de ces groupes armés tant locaux qu'étrangers qui sèment désolation et insécurité. «Nos problèmes actuels, c'est de savoir vraiment les causes qui, aujourd'hui, font que les groupes armés ont un cycle récurrent et qu'on n'arrive pas à avoir une solution définitive avec les DDR et nous devons penser à une autre approche qui doit ne pas être celle de la facilitation», a déclaré le Gouverneur Jean Bamanisa Saidi. La solution, à en croire Boniface Balamage Nkolo, est de créer les conditions de récupération de ces enfants perdus, mais également relancer le processus de la DDR. « Les Gouverneurs de trois provinces, l'Ituri, le Nord-Kivu et le Sud-Kivu ont tenu à approcher l'Assemblée nationale pour faire un plaidoyer. En effet, actuellement, il se constate un activisme prononcé des groupes armés, qui sème l'insécurité, qui viole, qui tue, face à cet activisme il s'avère nécessaire de repenser la politique nationale en vue d'éradiquer les groupes armés, réinsérer de manière réussie les combattants et mettre fin à l'insécurité», lâche d'entrée Boniface Balamage. D'après lui, cette politique doit être encadrée par un plan général de développement pour chaque province en vue de développer en moyen terme les provinces, créer des emplois, construire des routes. « Les Gouverneurs sont venus faire un plaidoyer auprès de l'Assemblée nationale pour que celle-ci puisse activer ses manettes auprès du Gouvernement pour que ce dernier s'implique et repense effectivement en impliquant nos communautés, nos provinces dans une approche où nos communautés, nos ménages, nos enfants sont impliqués pour obtenir une paix durable», ajoute-t-il.

Pendant ce temps-là, le Député national Iracan Gratien de Saint Nicolas a renseigné dans son communiqué que la chefferie des banyli-Kilo a connu une attaque des miliciens de la CODECO le 9 août 2020, tôt vers 3 heures du matin dans les localités minières de Lisey et Amema, à près de 60 km au Nord-Ouest de Bunia, Chef-lieu de la Province de l'Ituri. « Le Bilan est très lourd, fait état de 23 morts ; plusieurs disparus et des blessés. On retrouve parmi les victimes, un chef de localité tué, en plus d'une famille réunissant père, mère et enfants», précise-t-il.

A cette allure, l'Etat congolais est vivement appelé à revoir son plan général des stratégies et approches pour mettre fin à ces actes ignobles qui vont aux antipodes des aspirations du peuple congolais.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.