Afrique: Déclaration de Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, à propos de la Conférence internationale de soutien et d'appui à Beyrouth et au peuple libanais

President Mnangagwa and World Bank CEO Kristalina Georgieva on the sidelines of the 48th World Economic Forum in Davos.
document

Washington: Mme Kristalina Georgieva, Directrice générale du FMI, a fait aujourd'hui la déclaration suivante à l'issue de la Conférence de haut niveau : « Conférence internationale de soutien et d'appui à Beyrouth et au peuple libanais » après l'explosion du 4 août :

« Je tiens à remercier le président Emmanuel Macron de nous avoir réunis quelques jours seulement après l'explosion dévastatrice qui a eu lieu à Beyrouth et d'exprimer une solidarité sincère avec le peuple libanais. C'est une terrible tragédie, qui arrive malheureusement à un moment terrible. Au cours des derniers mois, le Liban a été aux prises avec de profonds défis économiques et sociaux, aggravés par une pandémie, mais encore plus par le manque de volonté politique d'adopter et de mettre en œuvre des réformes significatives que le peuple libanais réclame. C'est le moment pour les décideurs libanais de s'unir et de faire face à la grave crise économique et sociale. C'est aussi le moment pour la communauté internationale d'intensifier son soutien au pays et à sa population - pour faire face à la crise humanitaire immédiate et à l'adoption d'un programme efficace, qui puisse éviter l'effondrement économique du Liban.

« Depuis plusieurs mois, nous avons été en étroite communication avec les autorités libanaises, ainsi qu'avec la société civile et la communauté internationale, pour négocier les principaux éléments d'un ensemble de réformes visant à combattre une crise qui s'aggrave, renforcer la gouvernance et la responsabilité en matière économique, rétablir la confiance, ainsi qu'attirer des financements publics et privés. Ce sont des conditions essentielles pour relancer l'investissement, créer des emplois et assurer une croissance durable et inclusive. Malheureusement, ces discussions n'ont pas encore abouti.

« Nous sommes prêts à redoubler d'efforts. Mais nous avons besoin d'un but commun au Liban - nous avons besoin que toutes les institutions se réunissent déterminées à mener à bien les réformes indispensables.

« Premièrement, rétablir la solvabilité des finances publiques et du système financier. À moins que la dette publique ne soit viable, les générations actuelles et futures du Liban seront aux prises avec plus de dettes qu'elles ne pourront jamais en rembourser. C'est pourquoi le FMI fait de la viabilité de la dette une condition de prêt. Par ailleurs, le système financier doit être solvable pour promouvoir une activité économique productive. Cela nécessite une restructuration du système financier - avec ceux qui ont profité de rendements excessifs par le passé partageant le fardeau de la recapitalisation des banques afin que l'épargne de la grande majorité des petits déposants libanais soit protégée.

« Deuxièmement , mettre en place des garde-fous temporaires pour éviter des sorties de capitaux prolongées qui ébranleraient davantage le système financier tandis que les réformes sont mises en place. Il s'agit notamment d'adopter une loi qui formalise les contrôles des mouvements de capitaux dans le système bancaire et élimine le système actuel de taux de change multiples. Cela contribuera à protéger les réserves de change du Liban, tout en réduisant la recherche de rentes et la corruption.

« Troisièmement, il est nécessaire de prendre rapidement des mesures pour réduire les pertes prolongées de nombreuses entreprises publiques . Il doit y avoir plus de prévisibilité, de transparence et de responsabilisation, notamment en effectuant des audits complets de plusieurs institutions, y compris la banque centrale.

« Enfin, un filet de sécurité sociale élargi afin de protéger les groupes les plus vulnérables de la population libanaise . Ces derniers ne doivent pas être ceux qui supportent le poids de cette crise.

« L'engagement en faveur de ces réformes, débloquera des milliards de dollars au profit du peuple libanais. C'est le moment pour les décideurs politiques du pays d'agir de manière décisive. Nous sommes prêts à apporter notre aide. »

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.