Cote d'Ivoire: Couverture maladie universelle - Plus de 202 mille masques distribués à plus de 147 000 assurés

« Depuis le début de la pandémie à Covid-19 jusqu'à ce jour, c'est un total de 202 368 masques qui ont été distribués à 147 635 assurés en Côte d'Ivoire. »

Ce bilan récent des distributions des masques aux populations a été présenté aux journalistes par la directrice de l'affiliation à la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam), Koné Karidja.

C'était à la faveur des deux jours de formation (du 04 au 05 août) organisée par la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) à l'endroit des professionnels des médias, à la salle de conférences de la Cnam, au Plateau.

Les échanges ont tourné autour de deux principaux thèmes. Il s'agit de "Présenter l'état d'avancement de la mise en œuvre de la Cmu et les dispositions prises pendant la crise sanitaire pour l'enrôlement et le bénéfice des prestations" et "faire un point sur les prestations de la Cmu (disponibilité du médicament, accès aux soins) depuis la généralisation des prestations".

Réagissant aux préoccupations selon lesquelles les masques pourraient être détournés par des pharmacies, la directrice de l'affiliation a fait ces précisions : « On a un suivi au niveau des pharmacies qui fait qu'elles ne peuvent pas s'exposer.

Avec la stratégie mise en place, on réussit en temps réel à tracer toutes les actions de retrait des assurés.

Cela nous permet de mettre à jour notre répertoire ». Sans oublier de préciser que des sensibilisations sont faites pour éviter que les masques soient vendus à la population, a assuré Mme Koné Karidja.

S'agissant du dynamisme dans la mise en œuvre de la Cmu, Koné Karidja a estimé que, malgré des embuches, c'est désormais une réalité en Côte d'Ivoire.

« Ceux des assurés qui sont à jour de leurs cotisations reçoivent effectivement les soins dans les sites agréés. 70% des frais sont couverts par la Cnam et 30% par l'assuré. L'objectif c'est d'éviter que le coût des soins soit un frein pour la population », a-t-elle rappelé.

La directrice de l'affiliation a confié à ce propos que des réflexions sont en cours pour étendre ces services à tous les secteurs d'activité, dont le secteur informel.

Selon son analyse « la Couverture maladie universelle (Cmu) se met en place de façon stratégique. Car le mécanisme de l'assurance n'est pas bien compris par des adhérents qui arrêtent de payer leurs cotisations », a-t-elle fait remarquer.

Elle a par ailleurs souligné que l'enrôlement se poursuit parce que c'est un processus qui va demeurer à cause des nouvelles personnes.

En ce qui concerne l'impact de la pandémie à Covid -19 sur les activités de la Cnam, on a noté que des sites d'enrôlement fermés pour observer les mesures barrières sont à nouveau disponibles à Abidjan comme à l'intérieur du pays.

D'autres interventions aussi instructives que pertinentes ont été faites par Madi Sako , directeur du système d'information et Dr Koné Karamoko, médecin conseil, directeur des prestations.

« Nous avons découvert par exemple que les lourdeurs administratives observées au niveau de la distribution des cartes d'assurés relèvent des compétences de Snedai et non de celles de la Cnam. L'opérateur en effet est en charge du projet depuis 2014. Le défi de la Cnam réside en la qualité des prestations », a retenu un participant.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.