Angola: Portugal - L'ambassadeur regrette la mort de Waldemar Bastos

Angolan musician Waldemar Bastos plays all over the world.

Lisbonne — L'ambassadeur angolais au Portugal, Carlos Alberto Fonseca, s'est dit lundi, consterné par la mort du musicien angolais, Waldemar Bastos, victime d'une maladie prolongée.

Dans un message de condoléances, Carlos Alberto Fonseca affirme que les arts et la culture angolais sont plus appauvris avec la mort du célèbre compositeur angolais.

Selon le diplomate, Waldemar Bastos est l'un des représentants les plus notables de la projection internationale, dont l'héritage restera important dans la collection nationale de musique.

A son tour, l'historienne et ancienne ministre de la Culture, Rosa Cruz e Silva, écrit, sur sa page sur Faceboock, que l'œuvre qui reste pour la postérité «nous réconforte dans la tristesse».

Pour sa part, le gouvernorat de Zaire le considère comme un artiste lusophone renommé de Wold Music et l'un des premiers artistes à s'être internationalisé, ajoutant que son départ constitue un coup dur pour le pays, la culture nationale et la population de Zaire.

"Le départ de Waldimar Bastos nous laisse plus appauvris, par conséquent, son héritage et son nom seront inscrits à jamais dans la mémoire collective des Angolais", lit-on dans la note.

Waldemar dos Santos Alonso de Almeida Bastos, dit Waldemar Bastos, est né à MBanza Kongo, capitale de la province de Zaire, le 4 janvier 1954.

Le musicien est l'un des artistes lusophones les plus respectés de Wold Music et le premier artiste d'Angola à s'être internationalisé.

Avec une carrière professionnelle de plus de quatre décennies, Waldemar Bastos a présenté un son qu'il a lui-même défini comme afro-luso-atlantique, marqué par des compositions autobiographiques et des influences de la culture africaine et portugaise.

Décrit comme une personne directe et intervenante, il s'est souvent prononcé en faveur de la démocratisation de l'Angola.

Tout au long de sa carrière, il a travaillé avec des noms comme Chico Buarque, Dulce Pontes, David Byrne, Arto Lindsay et Ryuichi Sakamoto, entre autres, avec l'orchestre Gulbenkian, le London Symphony Orchestra et le Brazilian Symphony Orchestra. Il avait les Bee Gees et Carlos Santana comme références.

En 2018, il a reçu le Prix national de la culture et des arts, la plus importante distinction culturelle de l'État angolais. L'année précédente, il avait été considéré comme musicien et chanteur international de 2017 lors de la 10e Rencontre des écrivains mozambicains de la diaspora, à Lisbonne, lorsqu'il avait été félicité pour défendre la démocratie et des droits de l'homme.

En 1999, il reçoit le prix du nouvel artiste de l'année aux World Music Awards, promu par le prince de Monaco.

Le chanteur s'est produit régulièrement au Portugal, après avoir été par exemple en 2017 à l'ouverture du Festival de théâtre d'Almada et du Festival de musique du monde de Sines.

Le dernier album de l'artiste, Classics of My Soul (2010), a été présenté au Centro Cultural de Belém, à Lisbonne, avec le Gulbenkian Orchestra et a été enregistré à Londres, sous la direction du maestro Nick Ingman.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.