Madagascar: Mampikony - L'Armée se met à la chasse aux dahalo

Quatre dahalo présumés ont été abattus la semaine passée dans le district de Mampikony. Un bataillon y mène d'une main de fer une opération.

Opération militaire. Un bataillon dirigé par un officier supérieur est déployé dans le district de Mampikony pour couper court à l'insécurité qui y sévit depuis des années. Le 4 août, l'Armée a reçu l'appel du président du fokontany d'Andranomavokely, dans la commune de Bekoratsaka, alertant sur la présence des dahalo en possession de bétail, qui passaient dans sa circonscription. La troupe s'est dépêchée sur les lieux où un accrochage a éclaté, et au cours duquel deux des brigands sont tombés sous les balles. Sept zébus ont pu être récupérés et amenés à la commune en attendant leur propriétaire. Ce dernier habite à Port-Bergé. Il s'est fait voler trente-un zébus. D'après lui, « les dahalo ont peut-être pris deux directions différentes, Tsaratanàna et Andilamena ».

Vote secret

Des bandits se sont enfuis dès que les militaires ont débarqué sur la contrée. Deux individus arrêtés pour vol et détention d'un fusil de calibre douze ont également eu affaire aux hommes de l'Armée. Ils ont servi d'appât pour parvenir à leur chef. Mais ils ont pu s'échapper. « Samedi, le maire de Bekoratsaka, les autorités locales, les notables, les jeunes et le fokonolona ont organisé un vote secret en vue de dénoncer les dahalo du village. Ceux dont le nom a été le plus cité ont été désignés comme dahalo. Deux individus ont été à la tête de la liste, l'un a été cité deux-cent-cinquante fois et l'autre, deux-cent-dix-huit fois. Ils étaient malheureusement absents. Les Sojabe ont décidé de les corriger par eux-mêmes avant toute autre mesure prise par les pacificateurs. Pour le cas de Tanambao, le chef de fokontany a été mis en cause. Il reste, lui aussi, introuvable à ce jour », explique une source issue des autorités locales.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.