Nigeria: Un chanteur condamné à mort par un tribunal islamique

Au Nigeria, un tribunal islamique de Kano, dans le nord du pays a condamné à mort un musicien, un jeune artiste accusé de blasphème contre le prophète. Il faut dire que les États du nord du Nigeria appliquent, depuis le début des années 2000, une version stricte de la charia, la loi islamique. C'est la seconde fois qu'une peine de mort est prononcée pour blasphème.

Yahaya Aminu Sharif, jeune artiste de 22 ans, est accusé d'avoir insulté le prophète Mohamed dans une chanson, qui a été diffusée sur les réseaux sociaux en mars. La chanson avait soulevé une levée de boucliers à Kano, mégalopole du Nord. Des habitants en colère avaient incendié le domicile familial du jeune artiste avant de manifester devant le poste de police islamique, estimant que les autorités locales ne faisaient pas leur travail pour préserver la sharia.

Incompréhension

Yahaya Aminu Sharif a été interpellé et traduit ce lundi 11 août devant le tribunal islamique de Kano. Lors de son audition, qui s'est déroulé à huis clos, l'artiste a plaidé coupable. La sentence est tombée dans la foulée, comme un couperet : condamnation à mort; le musicien devrait être pendu. Il peut encore faire appel de cette décision.

À peine prononcé, ce jugement a rassuré les manifestants à Kano, qui estiment que cette condamnation a valeur d'exemple. À l'inverse, sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes expriment leur incompréhension concernant l'application stricte de la sharia au moment où les autorités réintègrent près de 600 membres de Boko Haram qui se sont repentis.

An Upper Shari'a Court sitting at Hausawa Quarters in Kano has sentenced a 22-year old singer Yahaya Aminu Sharif to death by hanging for blasphemy against Prophet of Muhammad. In his ruling on Monday, the Shari'a court Khadi, Aliyu Muhammad Kani, found... https://t.co/x2ALZcjyEt

The Guardian Nigeria (@GuardianNigeria) August 10, 2020

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.