Tunisie: CAPJC | Session de formation sur le thème des fausses informations et des rumeurs - Comment lutter contre les fake news ?

11 Août 2020

Plusieurs applications telles que TinEye, RevEye pour la vérification des photos, wunderground pour les données climatiques et fligntradar24 pour le trafic aérien ont été mises à la disposition des participants pour tester la fiabilité de l'information

Fake news ou les fausses nouvelles est un phénomène qui ne fait que s'accentuer de nos jours notamment pendant les périodes des crises. La pandémie du Covid-19 en étant une, le Centre africain de perfectionnement des journalistes et des communicateurs (Capjc) et ses deux partenaires ; la fondation allemande Friedrich Naumann pour la Liberté et l'Union de la presse francophone (UPF) ont organisé la semaine dernière à Hammamet une formation spécialisée dans les Fake news et la vérification des informations.

La session a rassemblé plusieurs journalistes arabophone et francophones de la presse écrite, audiovisuelle et électronique. « Le but étant de créer un noyau de journalistes spécialisés en fact checking tout en leur conférant un cadre qui pourrait être un club de presse par exemple afin d'assurer la continuité de leur mission. Il y aura, ainsi, d'autres sessions portant sur cette thématique. La suivante se tiendra à Monastir », a souligné Sami Oueslati, directeur des formations au Capjc.

De son côté, Hamdi Hached, représentant de la fondation Friedrich Naumann pour la Liberté, a mis l'accent sur le rôle de la fondation dans la formation des journalistes avec un nombre atteignant les 6.000 journalistes tunisiens depuis son existence. « Chaque année, la fondation choisit une thématique bien définie. Le choix pour l'année 2019 et 2020 a porté sur les Fake news a coïncidé avec la période des élections qui était propice aux fausses informations, La pandémie du Covid-19 a fait l'objet de plusieurs rumeurs également dites 'infodémies' semant ainsi la crainte et la panique», a-t-il relevé.

Cette session a été animée par M. Walid Hayouni, enseignant à l'Ipsi et expert en fact checking. Le programme de cette formation a permis aux journalistes de découvrir les différents outils leur permettant d'identifier les fausses infos et les rumeurs. Plusieurs applications tel que TinEye, RevEye pour la vérification des photos, wunderground pour les données climatiques et fligntradar24 pour le trafic aérien ont été mises à la disposition des participants pour tester la fiabilité de l'information. « Toutefois, cette intelligence artificielle ne devrait jamais se substituer aux outils classiques du journaliste comme le contact direct ou le téléphone par exemple», a observé M. Walid Hayouni.Une plateforme tunisienne ainsi qu'un guide de fact checking étaient parmi les out put de la session. Pour ces participants il y a certainement du pain sur la planche...

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.