Cameroun: Cap industriel - Les nouvelles épreuves écrites ont démarré

Ils sont plus de 29 000 candidats à affronter depuis hier cet examen officiel sur toute l'étendue du territoire national.

10h au sous-centre du Cetic de Ngoa-Ekelle, précisément au site d'emprunt de l'école publique départementale. La première épreuve vient tout juste de s'achever. Pour les candidats au Cap industriel section francophone, la première journée a débuté avec l'Etude de texte. L'extrait auquel une série de questions est adossé, est tiré du livre « Ville cruelle » de l'auteur Eza Boto, au chapitre 12. Une heure et 30 minute après, Ngondi Fouda en a terminé. Son impression lui est soutirée de son retour des toilettes, où il est allé se soulager. Pour ce candidat, l'épreuve était passable malgré quelques questions auxquelles il n'a pas pu répondre. Il espère se rattraper sur l'épreuve de Mathématiques qui va suivre. Sa matière préférée.

Sentiment contraire chez Shella Nkwega Chimi, candidate à ce même examen de la série Bespoke Tailoring (Industrie d'habillement), section anglophone. Elle vient de composer l'épreuve de English Language. « J'ai très bien composé. J'étais stressée au départ car je pensais que l'épreuve allait être difficile. A ma grande surprise, c'est tout ce que nous avons fait à l'école qui est venu. J'ai la conviction que j'aurai mon examen car j'ai bien démarré et c'est un point déterminant pour moi », confie la jeune fille avec assurance.

Dans le sous-centre d'examen, tout se passe pour le mieux. Jean Marie Abe Kofane, chargé de mission, sillonne les 20 salles d'examens. Il s'assure que les deux surveillants par salle sont à leur poste, que les candidats portent bien leurs masques et qu'ils sont assis en zigzag. Pour l'instant, assure-t-il, aucun incident n'est enregistré, juste quatre absences et quatre candidats dont les noms ne figurent pas sur les listes de ce sous-centre. « Ils ont été conduits ici par le délégué départemental des Enseignements secondaires.

Nous les avons admis en salle, mais ils auront 48 heures pour régulariser leur situation. En attendant, leurs copies seront mises à part », a confié le chargé de mission qui a pris le soin de noter d'autres irrégularités sur une copie. Parmi celles-ci, figure aussi l'absence d'une pièce d'identité d'un candidat. Le nom et la salle de ce dernier ont été relevés, et lui aussi devra se conformer. Les épreuves écrites qui ont débuté hier s'achèvent vendredi prochain. La pratique elle, commence lundi prochain, tout comme les candidats aux examens du Probatoire et Baccalauréat STT qui ont commencé hier avec les épreuves pratiques.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.