Afrique: Transport aérien - Une reprise difficile après des longs mois de paralysie

Un bon nombre de compagnies envisagent de réduire leurs effectifs a court terme, selon l'Association internationale du transport aérien (Iata). Cette importante plate-forme qui réunit environ 290 compagnies aériennes dans le monde projette un retour progressif du trafic d'avant-coronavirus en 2024.

Le transport aérien est l'un des secteurs à avoir subi de plein fouet la crise sanitaire. En effet, deux chiffres suffisent à s'en convaincre : 63 % de chute du trafic par rapport à 2019 et des pertes de l'ordre de 419 milliards de dollars américains. Le sondage réalisé par l'Iata auprès de trois cents compagnies aériennes dans le monde décrit un secteur dominé par des incertitudes liées à la covid-19. Dans le même sondage, 57 % des dirigeants interrogés s'attendent à un recul de leur rentabilité au cours des douze prochains mois. La faible reprise de la demande va ainsi occasionner une baisse des prix de billets.

En retour, très peu de managers projettent une augmentation lors de l'atteinte d'un point d'équilibre entre l'offre et la demande. Face à ces lendemains obscurs, il se dégage une nette volonté de la majorité des managers en Afrique et dans le reste du monde de procéder sans attendre à un dégraissement dans les douze prochains mois. Environ trente-six mille salariés se trouvent déjà à la porte de sortie chez le géant américain United.

En République démocratique du Congo (RDC), l'heure est à une reprise progressive et contrôlée du transport aérien. C'est le sens d'une visite d'inspection du ministre des Transports et Voies de communication, Didier Mazenga, dans les installations de la Régie des voies aériennes à l'aéroport international de N'Djili le 10 août. Officiellement, la RDC maintient la reprise de son trafic aérien pour le 15 août. L'autorité a voulu s'enquérir des mesures sanitaires prises par les responsables de cette entreprises afin d'arrêter la propagation de la covid-19.

« La sécurité sanitaire et la santé des passagers constituent actuellement l'une des préoccupations majeures du gouvernement. C'est ainsi que je devrais avec strictes observances palper du doigt l'évolution de ces travaux et les contraintes sanitaires auxquelles devront faire face tous les passagers avant l'embarquement dès que le trafic aérien reprendra », a-t-il affirmé. Au cours de cette visite, le ministre a réitéré l'engagement du gouvernement d'appuyer financièrement la RVA afin de lui permettre de parachever les travaux de réaménagement de ses installations avant la reprise des trafics aériens.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.