Gabon: Les recrutements se feront en septembre prochain à la Fonction publique

Gelés depuis plus de 4 ans, les recrutements au sein de la Fonction publique pourraient reprendre au mois de septembre prochain, selon le Vice-président du Comité de pilotage des recommandations du Forum de la Fonction publique, Joël Ondo Ella.

La longue attente pourrait certainement prendre fin d'ici le mois de septembre. Les recrutements dans la Fonction publique devraient être effectifs dans quelques semaines, a annoncé Joël Ondo Ella au cours d'un entretien qu'il a accordé à l'Agence de presse Équateur le 9 août dernier.

En effet, le Vice-président du Comité de pilotage des recommandations du Forum de la Fonction publique, a affirmé qu'il sera désormais possible « d'établir un chronogramme qui met en place l'exécution des priorités à court terme, à moyen et à long terme ». Dans ce sens, il a suggéré que « chaque Commission devrait présenter un tableau lisible pour que le gouvernement ait un calendrier assez détaillé et qui peut être facile à exécuter ».

Le gouvernement pourrait reprendre les recrutements et autres actes administratifs touchant aux carrières des agents de l'État. Ce qui permettra de rajeunir les effectifs du premier employeur au niveau national, et le délais va du mois d'août jusqu'en fin d'année, c'est-à-dire, décembre 2020. L'entame ayant débuté ce mois d'août, ceci permet de voir les priorités en terme de recrutements. « Les recrutements et les intégrations, l'arrimage des pensions retraite au nouveau système de rémunération, les reclassements et avancements etc. ». « On voulait bien donner le signal à partir des recensements qui se sont déroulés, notamment la première phase, la deuxième phase et même la troisième phase qui a valu la suspension de solde à plusieurs agents publics ».

Étant donné que l'État est le premier employeur du pays en terme d'effectifs, Joel Ondo Ella, Vice-président du Comité, précise qu'en ouvrant à nouveau les actes administratifs, il est question de « de clôturer ce recensement qui a révélé, aujourd'hui, que nous ne sommes pas à 120 mille agents comme on le pensait, et que la masse salariale ne dépasse pas les 800 milliards de francs CFA. Donc aujourd'hui, quelles que soient les hypothèses, nous aurons un certain nombre de postes budgétaires qui nous permet d'engager directement sous forme de remplacement numérique, les intégrations ».

L'entrée à la Fonction publique se fait normalement par concours, mais vu les circonstances actuelles, les recrutements et intégrations des nouveaux agents de l'État ne sont pas fortuits. Ils se sont rendus compte que les recrutements directs accablaient considérablement les étudiants en fin de cycle et demandeurs d'emplois, voici pourquoi le prochain recrutement devrait obéir à un certain procédé dans la mesure où l'État gabonais a une masse salariale très lourde. Assurément, seuls ceux qui sont sortis des écoles devraient être à 80% prioritaires, contrairement à ceux qui seront intégrés directement.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.