Sénégal: Casamance - L'Entente de Diouloulou et des ostréicultrices réclament une 2ème phase du Ppdc

11 Août 2020

L'organisation paysanne dénommée Entente de Diouloulou, active dans la production de semences de riz pluvial et la riziculture dans l'arrondissement de Kataba 1 (Bignona) ainsi que les ostréicultrices de la région de Ziguinchor réclament une 2ème phase du Projet pôle de développement de la Casamance (Ppdc).

En principe, le Projet pôle de développement de la Casamance (ppdc) doit s'achever en septembre 2020. Bon nombre de ses bénéficiaires de la région de Ziguinchor craignent cette fin, «en ce sens que nous ne pourrons pas consolider et renforcer nos acquis pour vaincre la pauvreté dans les familles», déplorent Malamine Sané et Arona Diédhiou. Ceux-ci sont respectivement mandataire du président du Cadre régional de concertation des ruraux (Crcr) et président en exercice de l'Entente de Diouloulou.

Nos interlocuteurs s'exprimaient, le 5 août dernier, lors d'un point de presse organisé par le Crcr au niveau de la vallée du village de Kabiline. Ici, l'heure est au repiquage du riz et les femmes se livrent à l'activité avec passion.

Cette zone de production de riz pluvial par excellence fait partie des nombreuses vallées que le Ppdc a aménagé en Casamance, grâce aux ouvrages hydro-agricoles modernes qu'il y a réalisé.

Ses exploitants, dont Lala Diédhiou et Diarra Diédhiou, renseignent que cela leur a permis de tripler leurs récoltes. Balla Moussa Diédhiou en dit autant pour ses productions de semences de riz.

La dame Diarra Diédhiou, rizicultrice résidant à Kabiline 2, affirme que sa famille ne consomme plus le riz importé depuis quatre ans, grâce à ses «importantes» récoltes au niveau de la vallée de Kabiline.

Le représentant du Crcr et le président en exercice de l'Entente de Diouloulou n'oublient pas les autres réalisations du Ppdc.

On peut retenir, entre autres, la formation des producteurs sur les bonnes pratiques agricoles et la gestion des stocks de magasins ainsi que le renforcement de la production de semences de riz.

Il s'y ajoute la réalisation de pistes de production pour désenclaver les zones rurales. Il y a également la mobilisation, au niveau de la banque agricole, d'un fonds de garantie de 150 millions de FCfa «pour accompagner les paysans dans les campagnes agricoles et de commercialisation des produits», soulignent Malamine Sané et Arona Diédhiou.

En outre, ils rappellent que le maraîchage connaît un essor prometteur en Casamance par le fait d'importants investissements du Ppdc.

Pour sa part, la présidente régionale des Groupements de promotion féminine note la formation de beaucoup de femmes de son organisation sur les bonnes pratiques d'ostréiculture.

«Les connaissances acquises permettent aujourd'hui d'améliorer les productions en qualité et en quantité», déclare Sadio Thioune Seydi.

Selon elle, les femmes ont acquis des techniques de cueillette des huîtres sans détruire la mangrove. Les responsables de l'Entente de Diouloulou et du Crcr ont donc magnifié leur partenariat avec le Ppdc au cours des cinq dernières années.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.