Congo-Kinshasa: Sonny Kafuta - "... Nous nous sommes bien préparés pour célébrer le culte en respectant les gestes barrières"

Enfin ! Resté inactif depuis plusieurs mois, les églises du Congo-Kinshasa dans leur entièreté vont reprendre les activités à partir de ce week-end. Une reprise qui coïncide avec un communiqué rendu public par l'autorité provinciale qui insiste sur le respect des gestes barrières.

Ce document stipule dans ses lignes que les services de la police passeront de temps en temps pour la vérification de l'application stricte de ces dispositions. En cas de non-respect, il sera payé les amendes y relatives. A cet effet, le Représentant légal de l'Eglise du Réveil au Congo (ERC), le Pasteur Sony Kafuta n'a pas tardé à réagir, tout en déclarant à haute voix que "nous nous sommes bien préparés pour célébrer le culte en respectant des gestes barrières".

Intervenant sur les ondes d'une radio de la place, le général Sony Kafuta explique qu'il est d'accord avec les mesures barrières édictées par les autorités du pays. Il a fait comprendre que la pandémie existe. Ce n'est pas un mythe, mais une réalité. A l'en croire, il faut responsabiliser les pasteurs. Ces derniers ont suivi des séminaires, des ateliers et sont membres de l'équipe de riposte contre la Covid-19. Il a, d'ailleurs, ajouté que ces pasteurs sont bien préparés pour reprendre les cultes en respectant les mesures barrières, en mobilisant et en sensibilisant la population à ne pas relâcher la prise. Car, ceux qui peuvent bien mobiliser la population ce sont les serviteurs de Dieu. Ils sont conscients de la maladie.

Le Général Sony Kafuta, Rockman n'est pas allé par le dos de la cuillère pour expliquer noir sur blanc les problèmes qui les tracassent.

A la question de désinfecter les temples de Dieu après chaque culte, il rappelle que les églises ont été confinées pendant 5 mois et il n'y a pas eu d'entrées. Mais, c'est à négocier, a-t-il lancé. Avant de poursuivre que les bus, les terrasses, les cabarets, les boîtes de nuit ainsi que les marchés n'ont pas subi cette rigueur de loi. Il a, de ce fait, estimé que c'est une mesure impopulaire, mais il croit ferme à l'organisation de la propreté dans les différents lieux de culte.

En ce qui concerne les éléments de la police au lieu de culte, le visionnaire de l'église Armée de l'Eternel regrette et soutient que ce n'est pas logique parce que l'église est un lieu de conscience, de spiritualité et elle n'a pas besoin de la police pour qu'elle puisse prier et respecter les rites, les dogmes et la cérémonie. C'est tout simplement la conscience. Avec la police, a fait observer le géniteur des filles de Sarah, il y a toujours des accrochages. Et, les serviteurs de Dieu ne peuvent pas se tirailler, de peur qu'ils deviennent des hors la loi. Le débordement est inévitable, et l'interprétation des policiers risque de coûter cher à l'église.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.