Madagascar: La guerre des vaccins

La Russie est le premier pays à avoir développé un vaccin contre le Covid-19, annonçait ce mardi 11 août 2020, le président russe Vladimir Poutine.

Aussitôt, l'OMS (organisation mondiale de la Santé) de rappeler que la pré-qualification et l'homologation d'un vaccin passaient par des procédures rigoureuses. D'autres commentaires insistaient sur le fait que les vaccins des autres pays entament à peine la phase 3 des tests, sur des cohortes humaines et que le vaccin russe est bien trop précoce.

Aux États-Unis, pourtant, le projet des NIH (National Institutes of Health), associés à la biotech Moderna, entamait la dernière phase des essais cliniques, le 27 juillet: «un temps record impensable il y a une décennie», se contente-t-on de commenter sans le scepticisme de rigueur qui a accueilli l'annonce russe. Même neutralité bienveillante quand Pfizer (USA), associé à la biotech allemande BioNTech, assure pouvoir produire 100 millions de doses de vaccin d'ici fin 2020.

La «préoccupation face à la rapidité de la mise au point des vaccins russes» se double d'interrogations sur la non-publicité par les Russes de leurs études, dans des publications de référence (mais pas infaillibles) comme The Lancet ou The New England Journal of Medicine qui s'étaient lamentablement fourvoyés dans des articles controversés, et finalement retirés, au mois de juin.

Translate Bio (USA), Roche (Suisse), Novavax (USA), Novartis-Sandoz (Suisse), Bayer (Allemagne), Translate Bio (USA), Abbvie (USA: dont le kaletra a été l'un des premiers traitements testés contre Covid-19), Valneva (France), CureVac (Allemagne), Abbott (USA), BristolMyers Squibb (USA), Merck (Allemagne), Boehringer Ingelheim (Allemagne), bioMérieux (France), Gilead (USA), etc.: face à la logue liste des laboratoires occidentaux, les Gamaleïa et Vektor russes manquent de visibilité tandis que le pays du Glasnost continue de manquer de transparence, une opacité qui lui est médiatiquement préjudiciable dans la guerre du vaccin qui s'annonce.

Le laboratoire français Sanofi a conclu un accord avec l'Union Européenne pour la fourniture de 300 millions de doses d'un vaccin qui va entrer en essais cliniques au mois de septembre mais qui ne sera pas disponible avant le premier semestre 2021: cependant, Sanofi annonce pouvoir produire jusqu'à un milliard de doses par an. Le Royaume-Uni a sécurisé 250 millions de doses de vaccins à travers divers accords (Valneva, BioNTech/Pfizer, Sanofi/GSK, AstraZeneca): fin juillet, les laboratoires Sanofi (France) et GSK (Grande-Bretagne) concluaient un accord avec le Royaume-Uni en vue de lui fournir 60 millions de doses de leur potentiel vaccin qui repose sur la technologie de protéine recombinante (Sanofi) et la production d'adjuvants à usage pandémique (GSK). De leur côté, les États-Unis attendent 300 millions de doses de la part de Johnson & Jonhson, que le gouvernement américain a doté de 456 millions USD (fin mars 2020) auxquels vient d'être ajouté un milliard USD (début août): numéro Un mondial de la recherche pharmaceutique, J&J peut se targuer d'avoir développé le vaccin contre Ebola tandis que deux candidatsvaccins sont en développement contre Zika et VIH.

Mi-février, Sanofi et BARDA (Biomedical Advanced Research Development Authority) concluaient un accord qui devait assurer aux États-Unis, une avance de quelques jours à quelques semaines sur le reste du monde pour la disponibilité d'un vaccin en précommande. Aux critiques, le patron de Sanofi avait simplement répondu que les États-Unis étaient «efficaces»: 100 millions de doses de Sanofi, 300 millions de J&J, et 300 autres millions promises par l'Université britannique Oxford, associée au laboratoire anglo-suédois AstraZeneca, qui ont obtenu un milliard d'euros de financement de la part de l'agence américaine BARDA .

L'OMS a recensé 26 candidats-vaccins au stade des essais cliniques sur l'être humain, dont six ayant atteint la phase 3 de leur développement à fin juillet, et 139 autres au stade de l'évaluation pré-clinique. Le critère est clairement pécunier de l'accès aux vaccins: les États-Unis ont déjà investi 9 milliards de dollars dans les différentes recherches... Une fois, l'ensemble de la population américaine vaccinée, il leur reste à éviter de se faire contaminer par le reste du monde, et surtout le tiers-monde, incapable d'accéder aux trop chers vaccins.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.