Madagascar: Importation PPN et carburant - SPM l'antidote de l'inflation?

La société d'État State Procurement of Madagascar, importateur de PPN et de carburant est porteur de beaucoup d'espoir. Elle est appelée à maîtriser l'inflation.

Charité bien ordonnée commence par soi même. Pour pouvoir maîtriser les prix des PPN et du carburant, l'État a crée la société State Procurement of Madagascar en novembre 2019. Pour certains, c'est un retour en arrière étant donné que la loi sur la privatisation et le désengagement de l'État a été actée en 1996. L'État s'est engagé à laisser au secteur privé ce qui ne le regarde plus. Depuis juin la SPM est entrée en action.

Mais depuis la Transition, l'Etat est intervenu pour geler le prix du carburant qui a continué sous l'administration Rajaonarimampianina. La baisse du prix du carburant a été l'une des promesses électorales du président de la République Andry Rajoelina mais la négociation avec les pétroliers a été ardue. Jusqu'à maintenant l'application de la vérité des prix reste un bras de fer récurrent entre l'Etat et les compagnies pétrolières.

Pour contourner ces obstacles, l'État a donc décidé d'importer directement du carburant et des produits de première nécessité à travers la SPM. Les compagnies pétrolières devront -elles alors acheter à l'État? « La SPM joue un rôle régulateur. Elle appuiera les opérateurs dans le processus d'importation sans entrer en concurrence avec eux » souligne le directeur général de la SPM, Solo Andriamanampisoa.

Combler

La SPM est entrée en action en juin avec une première importation d'une cargaison de 16 000 tonnes de riz. Elle annonce l'importation de 240 000 tonnes de riz pour combler le gag entre la production nationale estimée à 3 500 000 tonnes et la consommation locale annuelle. Cette quantité devra servir à stabiliser les prix et éviter les manœuvres spéculatives en période de soudure.

L'importation de carburant interviendra plus tard de même que pour les autres PPN.

Dans une conjoncture de baisse continuelle du pouvoir d'achat et surtout en cette période de crise sanitaire où tout le monde se trouve dans une précarité sanitaire, on ne peut que saluer l'avènement de la SPM même si elle n'est pas du goût des bailleurs de fonds qui l'assimilent à une entorse aux principes du marché libéral, à la loi de la concurrence pure et parfaite.

Reste à espérer que la SPM joue à fond son rôle et ne se limite pas à la régulation des prix. Elle doit briser la mainmise des gros importateurs de PPN qui font la pluie et le beau temps, fixant le prix sans le moindre contrôle au nom de la loi du marché.

Au niveau du carburant, on sait que la concurrence n'existe pas. Il n'y a qu'un arrangement sur les prix lequel est justement condamné par l'économie de marché.

Le champ de bataille de la SPM devrait être élargi dans d'autres domaines où les consommateurs se font littéralement racketter au quotidien à l'image de la télécommunication. Il en est de même de l'énergie où là aussi l'État a perdu le bras de fer avec les fournisseurs de la Jirama qui ne voulaient pas entendre parler de paiement de l'énergie consommée à la place de l'énergie fournie qui grève les finances de la compagnie nationale des eaux et électricité et dont les abonnés subissent les conséquences.

Bien que société d'État, la SPM doit être bien gérée pour ne pas péricliter et faire l'objet d'une privatisation plus tard. Dans l'état actuel des choses où la pauvreté de la population ne permet pas de supporter ni les exigences de la globalisation ni les contraintes du confinement, l'avènement de la SPM est un véritable vaccin providentiel contre la pandémie de l'inflation.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.