Afrique: Sarah Essam, la Pharaonne du football égyptien

Football. Soccer ball. Football pitch. Stadium.

Issue d'un pays passionné de football, Sarah Essam est devenue la première footballeuse égyptienne à exercer son métier en Angleterre.

La merveille égyptienne de 21 ans a fait la une des journaux en 2017 lorsqu'elle est devenue la première femme arabe à jouer dans la FA Women Premier League. Elle n'a pas seulement rejoint Stoke City, mais est allée plus loin pour terminer la saison en tant que meilleure buteuse de son équipe.

"Je suis partie de rien", a déclaré Sarah à CAFOnline.com.

" Je rêvais de jouer à l'étranger depuis le tout début et je savais que je devais travailler dur pour y arriver. J'ai fait mes débuts au sein d'une académie et mes parents payaient ma formation. J'ai pris très au sérieux cette formation en respectant les paroles de mon entraîneur, et un jour, j'ai été choisie pour rejoindre l'équipe junior, signifiant que je n'avais plus à payer. Puis je suis devenue la plus jeune joueuse à être choisie en équipe première. Mon plan allait dans la bonne direction ".

Sachant bien ce qu'elle voulait faire, Sarah a commencé à s'entraîner trois fois par jour. Elle a continué à s'entraîner avec l'équipe de l'académie tout en ayant également des sessions avec les équipes Junior et Senior en même temps. " Les gens me traitaient de folle mais je m'en fichais. Les formateurs m'ont dit de m'entraîner uniquement avec l'équipe première, mais j'ai refusé car j'avais besoin de m'entraîner davantage. Mon rêve était d'avoir une chance en Europe ".

Son acharnement dans le travail a commencé à porter ses fruits lorsqu'elle a été appelée dans l'équipe nationale égyptienne U-17, puis est devenue l'une des plus jeunes joueuses à revêtir le maillot des «Lady Pharaohs».

Mais le voyage n'a pas été facile pour la jeune fille. Elle a rencontré de nombreuses difficultés avant de parvenir à son rêve de footballeuse professionnelle, beaucoup considérant le football comme un sport masculin.

" Bien sûr, porter ces chaussures de football et marcher avec elles en Égypte était un peu difficile. De plus, lorsque j'ai rejoint un groupe de garçons pour jouer, la plupart d'entre eux ne croyaient pas qu'une fille pouvait jouer au football comme eux ou même mieux. J'avais l'habitude de croiser ce drôle de regard qui signifiait qu'ils ne voulaient pas que je joue de peur de ruiner leur jeu. Mais cela ne m'a fait qu'insister davantage pour jouer et changer leur façon de penser ", a-t-elle ajouté.

Après avoir joué au basket pendant un certain temps, Sarah a décidé de se concentrer davantage sur le football. Et finalement, elle a réalisé son rêve d'être la première femme égyptienne à jouer à l'étranger.

" En 2017, je jouais pour Wadi Degla et un jour, j'ai eu une offre pour des essais en Angleterre avec Sunderland, Derby County et Birmingham City. J'étais sur le point de signer avec Derby County, mais à la dernière minute, j'ai reçu un appel du directeur de Stoke City et nous nous sommes rencontrés. Il m'a fait changer d'avis et j'ai signé pour Stoke à la place.

" Les premiers jours ont été inoubliables. Je sentais que je vivais mon rêve, mais en même temps je voulais m'améliorer à tous les niveaux. Je ne voulais pas avoir le sentiment d'avoir atteint le summum, mais plutôt d'être constamment en quête de plus. Et je ressens toujours la même chose ", a-t-elle expliqué.

Sarah ne joue pas seulement au football en Angleterre, mais elle étudie également le génie civil. Et en même temps, l'avenir du football féminin dans son pays lui tient à cœur.

" Ce fut un grand honneur pour moi de représenter mon pays à un si jeune âge. Malheureusement, notre équipe nationale n'a pas participé aux compétitions internationales depuis 2016. Je suis optimiste que cela changera dans un proche avenir, puisque la CAF accorde plus d'attention au football féminin. J'adorerais jouer à nouveau pour mon pays, et j'espère aussi que l'Égypte accueillera bientôt la Coupe d'Afrique des Nations féminine ", a déclaré Sarah.

L'attaquante talentueuse voit un meilleur avenir pour le football féminin en Egypte, les grands clubs ont décidé de l'adopter. " Pour promouvoir le football, nous devons avoir des équipes féminines dans des clubs comme Al Ahly et Zamalek. Ce sont les plus grands clubs d'Afrique et je pense qu'ils doivent jouer leur rôle pour faire progresser notre jeu ".

L'idée de Sarah coïncide avec le lancement par la CAF de la Ligue des Champions féminine sur le continent, ce qu'elle considère comme une perspective brillante.

" Nous avons de nombreux talents en Afrique et avoir une Ligue des champions est quelque chose que nous méritons. Mais je pense qu'il devrait y avoir des critères spécifiques pour les clubs participants, afin d'avoir un tournoi compétitif qui donne au monde entier une bonne impression du football féminin africain ", a-t-elle noté.

Sarah a remporté le prix de la Femme Arabe de l'année 2018 catégorie Réussite dans le Sport décerné par la London Arabia Organization. Elle faisait également partie de l'équipe de commentateurs de la Coupe d'Afrique des Nations Total 2019 en Égypte. Plus récemment, elle a participé au lancement de la Stratégie du Football Féminin de la CAF, #ItsTimeItsNow.

" Mon message aux footballeuses africaines est simple ; croyez en vous et ne vous comparez jamais aux autres. Si les gens disent que vous ne pouvez pas faire quelque chose, faites-en une motivation. Ne dites jamais qu'il est trop tard, car vous pouvez toujours travailler plus dur. Lutter signifie que vous êtes sur la bonne voie, alors n'abandonnez jamais et continuez jusqu'à ce que vous soyez fières de vous ", a conclu "The Egyptian Queen", ainsi surnommée par les fans de son club de Stoke City.

Plus de: CAF

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.