Angola: La TAAG ramène à Cabinda 200 passagers retenus à Luanda

Luanda — Cent citoyens angolais, faisant partie d'un groupe de 200 personnes retenues à Luanda, depuis le 26 mars 2020, date de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence visant à freiner l'expansion du Covid-19 en Angola, sont retournés mardi à la province de Cabinda où ils vivent, par un vol humanitaire de la TAAG, compagnie aérienne nationale.

Initialement prévu à 12 heures locales, le décollage n'a pourtant eu lieu qu'à 17 heures 50, car l'avion ne pouvait pas quitter la capitale du pays sans que les passagers soient d'abord soumis à un test de dépistage du nouveau coronavirus, comme l'exige le moment actuel, ont indiqué les autorités sanitaires locales.

En principe, ont-elles expliqué, les normes de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), alliées à celles de l'Organisation internationale de l'Aviation civile (ICAO), recommandent que les passagers soient soumis au test de dépistage 72 heures avant le déplacement.

Pour sa part, une source de la TAAG a fait savoir à l'ANGOP que vu les embarras suscités par les tests de dépistage et l'observation des mesures de biosécurité au Terminal de Vols Domestiques (TVD), le prochain vol humanitaire par le "Boeing 737-DT 124 " vers Cabinda (extrême-nord) ne pourrait avoir lieu que ce mercredi 12 août.

Par contre, a précisé la source de la TAAG, 130 autres citoyens, retenus à Cabinda, à cause de la fermeture des frontières nationales, mais vivant à Luanda, seront également ramenés à la capitale du pays.

Selon la Commission multisectorielle de lutte contre le COVID-19, au total 306 citoyens doivent retourner à la province de Cabinda. Les 106 restants devront attendre la confirmation d'un prochain vol vers la province pétrolifère.

Il y a lieu de signaler qu'en Angola l'état d'urgence décrété par le gouvernement pour freiner l'expansion du Covid-19, a été remplacé, début juillet, par l'état de calamité.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.