Angola: La mort de Burity est une perte irréparable - Ministère de la Culture

Luanda — Le ministère de la Culture, du Tourisme et de l'Environnement a considéré, mercredi, la mort de Carlos Burity comme une perte irréparable pour la culture angolaise.

Le musicien est décédé ce matin, à Luanda, à l'âge de 68 ans, des suites d'une maladie, laissant un vaste répertoire qui comprend, entre autres chansons, «Carolina», «Onjala Yeya» et «Monami».

Dans un message de condoléances auquel ANGOP a eu accès, le ministère de la Culture, du Tourisme et de l'Environnement souligne que face à ce triste événement, la culture angolaise est plus pauvre, avec la perte d'un autre grand compositeur et interprète.

Pour sa part, le Bureau provincial de la culture de Huíla, également dans un message de condoléances, écrit : avec la mort d'une autre icône, la culture angolaise devient de plus en plus pauvre.

Carrière artistique

Carlos Burity a débité sa carrière artistique en 1968 ; il a enregistré, en 1974, les tubes "Ixi Iami" et Recado", deux titres de grand succès.

Né à Luanda en 1952, Carlos Burity, dont le vrai nom était Carlos Fernandes Burity Gaspar, a rejoint, en 1968, le Groupe musical "Cinco mais um ", dans lequel chantaient Catarino Bárber et José Agostinho.

Ayant auparavant chanté aux côtés des vieux loups de la musique angolaise, tels que David Zé et Artur Nunes, le défunt a aussi chanté, en duo avec Filipe Mukenga, une chanson intitulée "Missosso".

En 1983, Carlos Burity participe à "Canto Livre de Angola", un projet musical du chanteur brésilien Martinho da Vila et de l'homme d'affaires Fernando Faro.

Au Brésil, Carlos Burity et d'autres étoiles angolaises, telles que Filipe Mukenga et d'André Mingas, ont participé à l'enregistrement d'un Long Play.

Intitulé "Semba Tropical in London", ce Long Play, qui contenait également deux autres titres musicaux "Mon Ami" et "Tona Kaxi", a eu un grand succès.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.