Ile Maurice: Échouement du «MV Wakashio» - Plus de 700 tonnes métriques d'hydrocarbures à pomper

La rumeur que le vraquier s'était brisé en deux a fait craindre le pire dans l'après-midi d'hier. Mais le temps favorable et la ténacité des hélicoptères ont permis de transférer la majorité du fioul à terre. Les autorités espèrent que la journée d'aujourd'hui sera tout aussi favorable avant que le navire ne se brise totalement.

L'exercice de pompage du fioul s'est poursuivi, hier. Selon les chiffres communiqués, sur les 1 959 tonnes métriques (TM), il reste plus de 700 TM d'hydrocarbures à pomper des réservoirs du MV Wakashio. Si le temps favorable se poursuit aujourd'hui, affirme-t-on du côté des autorités, les réservoirs seront complètement vidés. «Il faut espérer, croisons les doigts, que la météo reste clémente. Il n'y a pas eu un souffle de vent aujourd'hui. C'est très bon. Les dieux nous sourient», confie une source proche du dossier.

Pendant toute la journée, le ronronnement des moteurs du Dhruv et des hélicoptères Corail s'est fait entendre. Ils ont fait le vaet-vient entre le vraquier et la terre ferme avec des cubitainers remplis d'huile accrochés aux appareils. Dans l'après-midi, alors que la rumeur que le vraquier s'était brisé a pullulé sur les réseaux sociaux, le va-et-vient des hélicos n'a jamais cessé. Les opérations à bord se poursuivaient. «Les salvers s'exposent. Ils ne paniquent pas. Ils observent. Ils écoutent car le danger qu'il y ait une catastrophe à bord, par rapport aux vies humaines, est bien réel», réagit notre source face au vent de panique qui s'est propagé à la suite de la nouvelle sur la cassure du vraquier.

Selon lui, le MV Wakashio est bien cassé à 90 % mais pas à 100 %, comme l'ont fait valoir plusieurs posts sur les réseaux sociaux et d'autres déclarations. «Ça s'est cassé plus à l'avant, là où se trouvent les réservoirs. Il n'y a pas de dommage. La tôle s'est coupée. Il semblerait qu'il est toujours retenu par des membrures plus solides, plus costaudes, plus épaisses.» Il rassure que les réservoirs sont toujours intacts.

Le reste des hydrocarbures pourra-t-il être finalement pompé aujourd'hui, avant que le vraquier ne se brise finalement, sauvant notre lagon d'un second déversement ? En tout cas, les dernières 24 heures seront décisives. Pour rappel, le MV Wakashio est drossé sur les récifs depuis le 25 juillet. Il transportait environ 3 800 TM d'huile lourde et 200 TM de diesel pour sa consommation car il devait rejoindre le Brésil depuis la Chine, sans avoir besoin de se ravitailler. 1 000 TM ont été déversées dans le lagon de Pointe-d'Esny avec une traînée d'huile lourde qui se répand jusqu'à Deux-Frères.

Les artistes internationaux solidaires

Que ce soit lors des entretiens avec la presse ou lors de leur prestation sur scène, ils ne manquent pas de nous le répéter : notre île est belle. Les artistes ne pouvaient rester insensibles à la catastrophe environnementale qui frappe Maurice en raison du déversement d'hydrocarbures par le MV Wakashio. Ces artistes ont pris connaissance de la situation à travers leurs producteurs locaux tels que Raviraj Beechook de Inbox Communication Ltd et Deepak Doolooa de Red Diamond Entertainment.

Kailash Kher et Atif Aslam, sis en Inde et au Pakistan respectivement, nous ont fait parvenir des mots d'encouragement à travers des clips vidéo. «Je prie Dieu que vous ayez plus de force et de courage à nettoyer le lagon en raison de la pollution pétrolière. Chaque moment difficile vient nous apprendre quelque chose», a déclaré Kailash Kher. Pour sa part, Atif Aslam, qui prévoit toujours quelques jours pour visiter Maurice, n'a pas manqué de nous exprimer sa solidarité éhalement.

Il y a également le manager de Sonu Nigam qui a pris contact avec Raviraj Beechook pour nous exprimer son soutien. «Une fois, il avait même pris le speed boat pour sillonner le sud-est. Et il s'était rendu à l'île-aux-Cerfs. Il avait beau- coup aimé», confie celui qui avait produit le chanteur indien à Maurice en collaboration avec Shailen Sookha de SpelMedia. D'ailleurs, ce dernier a aussi reçu des appels des artistes qu'il a produits. «C'est le retour de l'ascenseur de la part des artistes... »

Quand Pravind Jugnauth parle de volontaires qui causent «plis di tor»

Suivant un article publié sur la page web de «l'express» le samedi 8 août, le Premier ministre a allégué que ses propos auraient été mal rapportés. Il a décidé par la suite de ne pas faire admettre «l'express» et «Top FM» à ses conférences de presse.

Mais en écoutant ce que le Premier ministre déclare ce samedi 8 août à partir de la 12e minute sur la vidéo rapportant sa conférence de presse, on pourrait bien l'entendre affirmer que des volontaires causeraient «plis di tor ki zot fer di bien» en s'engageant dans l'opération de nettoyage, ce qui serait nuisible selon des spécialistes de l'environnement.

Le Premier ministre se déclare de plus ne pas être d'accord que des volontaires puissent «nek vini» et que ces derniers se mettent par la suite en position de «tir délwil». Il ajoute que des gens ne peuvent pas débarquer dans la zone sinistrée sans qu'il y ait un contrôle. Il parle d'une façon «ordonnée» d'aider dans le Sud.

On pourrait aussi constater que le Premier ministre et les membres du gouvernement, surtout le ministre Anwar Husnoo, avaient l'air amusé avant la conférence de presse. La même situation s'était pro- duite mais surtout avec des applaudissements quand le Premier ministre avait annoncé les premiers cas fatals de Covid-19 à Maurice.

Suivez au commencement et surtout à partir de la 12e minute : https://www.lexpress.mu/article/380975/pravind-jugnau- th-met-en-garde-contre-volontaires-nuisibles

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.