Congo-Kinshasa: Kasaï - Quatre ans après la mort du chef de Kamuina Nsapu

Vue aérienne de la ville de Kananga dans la province du Kasaï-Central de la RDC (archives).

Jean-Prince Mpandi devenu "Kamuina Nsapu" prenant le nom de sa localité, a été tué dans une opération militaire en août 2016 au Kasaï. Quatre ans après sa mort, le calme revient mais le problème n'est pas réglé au Kasaï.

Suite à la mort du chef traditionnel Jean-Prince Mpandi, des violences avaient éclaté le mois suivant dans la région du Kasaï entre les partisans de Kamuina Nsapu et les forces de sécurité, faisant plus de 3.000 morts et plusieurs dizaines de déplacés.

Au plus fort de l'insurrection, entre 2016 et 2017, les forces armées de la RDC avaient mené des opérations de traque des miliciens dans certains villages considérés comme des bastions de la secte.

Des rapports de plusieurs ONG ont fait état de massacres de populations civiles assimilées aux miliciens. Aujourd'hui, le calme est revenu dans la région mais le problème n'est pas réglé, estime Pius Mbwess, enseignant-chercheur et acteur de la société civile en RDC.

Depuis les massacres de 2016 au Kasaï, des défenseurs des droits de l'homme et des acteurs de la société civile exigent que les auteurs de ces massacres soient traduits devant les tribunaux.

Des suspects arrêtés

De son côté, une commission rogatoire du parquet militaire du Kasaï-central a chargé le parquet du Nord-Kivu d'interroger seize officiers déployés dans le Nord-Kivu et en Ituri sur leur participation présumée à des massacres commis dans le Kasaï-central.

Après des interrogatoires, sept militaires parmi ces officiers et un policier ont été mis aux arrêts le 22 juillet 2020.

Les massacres ont été commis à Tshimbulu, Kananga - chef-lieu du Kasaï-central - et Kamuina Nsapu.

Ces officiers sont accusés d'avoir doté des militaires de tenues de policiers, dirigé directement les opérations contre les civils et dissimulé des cadavres dans des fosses communes.

Deux experts de l'Onu, la Suédoise Zaida Catalan et l'Américain Michael Sharp, qui enquêtaient sur l'existence des fosses communes au Kasaï, avaient été également tués dans cette région.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.