Cameroun: « Nous maintenons les mesures barrières »

Nouvelle Liberté, Douala
interview

Jean- Jacques Lengue Malapa, maire de la commune de Douala 1er.

Quel est le point de la croisade contre le coronavirus dans votre arrondissement ?

Nous sommes heureux de voir que la maladie a été relativement maitrisée. Il faut ajouter que la synergie entre les exécutifs municipaux et la ville Douala a permis de travailler dans un certain ordre. Et je pense que la guerre contre cette maladie se gagnera facilement si nous sommes bien organisés. Nous sommes obligés de continuer à vivre avec les mesures barrières. Aujourd'hui, se laver les mains est rentré dans les habitudes et on prend désormais beaucoup de précautions pour se saluer. Donc les populations de Douala se sentent soulagées, nous avec.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans le cadre de la sensibilisation ?

Je dirais qu'à ce niveau, c'est la déception totale. Je ne sais pas, l'être humain, tant qu'il n'a pas vu, ne peut pas croire. Comme il y a un petit apaisement, on constate avec désolation un relâchement des mesures barrières dans les transports en commun (de moins en moins de port de masques). La surcharge sur les motos-taxis, malgré tous les messages, la sensibilisation qui a été faite autour de la pandémie. « La saleté ne tue pas le Noir », « C'est une maladie importée », voilà le type de messages qui accueillent les agents communaux sur le terrain. Je pense qu'il faut pérenniser la sensibilisation. Cependant, elle a un coût.

Quel message adressez avez-vous à la population de Douala 1er ?

Je voudrais dire ici que la pandémie à coronavirus n'est pas terminée. Il y a juste un répit mais elle est bien présente. A cet effet, je demande à la population de maintenir la distanciation sociale, le respect des mesures barrières édictées par le gouvernement (port du masque, lavage des mains... ) et autres. Bien plus, la mairie de Douala 1er sera toujours à l'écoute de la population chaque fois qu'elle sera sollicitée pour un accompagnement des familles endeuillées, ou encore la gestion d'un corps.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.