Sénégal: Appui aux jeunes femmes de Diass - Mamadou Ndione accompagne la relance agricole

12 Août 2020

Dans la commune de Diass, le retour à la terre est prôné par le directeur général du Cosec, Mamadou Ndione. Celui-ci aide les populations (jeunes et femmes) à mettre en place des exploitations agricoles dans dix villages du périmètre la communal.

Le contexte de Covid-19 exige des citoyens des initiatives allant dans le sens de relancer l'économie. Et dans le cadre de la relance agricole, le directeur général du Conseil sénégalais des chargeurs (Cosec) a appuyé, dimanche dernier, les populations de la commune de Diass, à travers l'exploitation de périmètres agricoles.

« Ce programme s'inspire de la vision du Chef de l'Etat qui après la phase de riposte contre la Covid-19, a lancé ce qu'il appelle le Programme de relance économique et sociale. C'est un programme qui s'articule autour du secteur primaire constitué de l'agriculture, de la pêche et de l'élevage », déclare Mamadou Ndione.

A l'instar de l'Etat central, il affirme qu'il est normal qu'au plan local, « en tant que cadre sénégalais, qu'(il) puisse descendre à la base pour accompagner les jeunes et les femmes, notamment dans un programme de relance agricole qui tourne autour de 50 hectares avec des cultures comme l'arachide et le pastèque ».

L'idée est qu'à l'issue de la phase d'exploitation, les produits de la dizaine de champs d'arachide et de pastèque seront répartis entre les volontaires qui se sont occupés des champs. Un fonds revolving servira également à la mise en place d'une sorte de mutuelle.

« Ce sera un fonds d'amorçage qui permettra à ses membres de faire ce qu'on appelle du crédit revolving entre eux. Et derrière ces crédits, il y aura d'autres formes de micro-projets à l'échelle de chaque village », indique-t-il.

M. Ndione a alloué aux exploitants quatre tonnes de semence qui leur ont été distribuées, une dizaine de tonnes d'engrais, du matériel agricole et a mis à leur disposition des tracteurs pour la préparation des sols.

Au-delà de cette réponse ponctuelle, il s'agit également de faire revenir les populations à la terre. « Diass a toujours eu une vocation agricole, Diass a des terres fertiles, Diass a de l'eau ; et nous sommes en train de perdre cette vocation.

Mais, en toutes choses, malheur est bon : un des enseignements à tirer de la Covid-19, c'est que tout le Sénégal doit retourner à la terre », fait savoir le coordonnateur du projet, Djibril Seck.

Après avoir rappelé que toutes les recettes seront remises aux jeunes et aux femmes, ce dernier annonce la mise en place d'un « fonds d'amorçage, c'est-à-dire un fonds qui sera logé au niveau de la commune et qui permettra de financer à des taux presque nuls, les projets des femmes et jeunes de la localité ».

Les bénéficiaires dans les différents villages ont magnifié le geste du patron du Cosec. A Ngaam, c'est un champ d'arachide de 3,5 hectares qui est exploité par l'Asc et le Groupement des femmes du village.

Khady Diouf, qui est la cheffe périmètre, indique que 300kg ont été semés et 12 sacs d'engrais leur ont été octroyés pour permettre à une centaine d'individus de travailler la terre.

A Samketh, autre village de la commune, 2 hectares sont exploités. Daouda Sène, étudiant habitant la localité, estime que cet accompagnement permet aux populations, qui « n'ont pas toujours les moyens pour travailler la terre », de s'occuper.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.