Madagascar: Antsiranana - Des voleurs sévissent dans les casernes

Une série de cambriolages a frappé les casernes de la gendarmerie d'Antsiranana depuis la nuit du 23 au 24 juillet. Un officier supérieur a perdu son pistolet le week-end dernier.

Vague d'effractions dans le toby Jeneraly Randrianasoavina et dans la caserne Aéroport, à Antsiranana. La dernière était au cours de la nuit de samedi à dimanche 9 août où un chef d'escadron s'est fait voler son arme de service, un pistolet 7,62.

Cette nuit-là, l'officier dormait quand les malfaiteurs ont débarqué et fait irruption dans sa maison. Tirée de son sommeil, sa femme s'était, tout de suite, mise à crier. En un rien de temps, les cambrioleurs ont pris le large avec leur butin, dont l'arme de poing, des bijoux en or et en argent ainsi qu' une somme d'argent indéterminée. Le commandant s'est réveillé, mais n'a pas pu les poursuivre seul. Il fallait attendre des éléments d'intervention.

« Ce haut gradé avait emporté et gardé chez lui le pistolet qui aurait dû être rendu au magasin d'arme avant de rentrer. Les supérieurs sont déjà au courant de ce qui lui est arrivé », selon les renseignements glanés.

Passivité

Deux autres gendarmes ont déjà été pris pour cible par les voleurs. Le premier n'avait rien entendu pendant que la bande s'introduisait dans son domicile, toujours dans la caserne, la nuit du 23 au 24 juillet. Ses deux téléphones, douze grammes de collier en or, sept grammes de bague en or et sa valise ont été subtilisés. Les auteurs restent introuvables à ce jour.

L'autre militaire, habitant au logement, à l'aéroport, a connu le même sort la semaine passée, soit le lundi au mardi. Les bandits avaient sorti ses biens dans la cour. Mais ils avaient pris la fuite dès que des patrouil- leurs étaient arrivés. Ils étaient repartis bredouilles.

Les gendarmes ont fait un rassemblement avant-hier où leur supérieur leur a demandé ce qu'ils projetaient de réaliser face à cette insécurité. Certains responsables sont pointés du doigt pour leur impassibilité et passivité vis-à-vis de ce chapelet de cambriolages et d'insécurité qui refait surface ces derniers temps, selon les informations recueillies.

Pas plus tard qu'avant hier, vers 2h du matin, quatre criminels équipés de kalachnikov ont attaqué et tiré sur une sexagénaire, à Ankarongana, dans le district d'Antsiranana II. Cette victime a mortellement été frappée par le projectile, alors qu'elle opposait une résistance face au gang. Son mari s'était évanoui après avoir reçu une pulvérisation de gaz big-boss en plein visage.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.