Madagascar: Prêt par le CNaPS - Des syndicats soutiennent le projet

Des syndicalistes défendent le projet d'octroi par la CNaPS d'un prêt aux travailleurs. Ils demandent même que le montant accordé soit révisé à la hausse.

Une autre voix s'est levée concernant le projet d'octroi par la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNaPS) de prêts à ceux qui ont perdu leurs emplois à cause de crise sanitaire. Après que des syndicalistes ont manifesté leur désaccord par rapport à ce projet il y a quelques jours, d'autres syndicats ont rencontré quelques membres de la presse hier pour exprimer leur soutien audit projet dont le TM, le Fisema, le Sekrima et le CSTM. Selon leurs explications, c'est la seule aide dont les employés du secteur privé peuvent bénéficier depuis le début de la crise. Au contraire, l'État devrait assouplir davantage les conditions d'octroi et de remboursement pour que les bénéficiaires puissent rembourser en toute sécurité le moment venu.

«Nous attendons avec espoir la concrétisation de ce projet puisque ce sera une bouffée d'oxygène pour de nombreux travailleurs qui n'ont plus de quoi manger et qui n'ont pourtant jamais bénéficié d'aide depuis le début de la crise. Nous demandons même à l'État pour que le montant qui peut être accordé à chacun soit révisé à la hausse et que le remboursement soit réduit à 5% du salaire et non à 10% comme annoncé », réclame Jean de Dieu Rakotondrazafy du CSTMA.

Sans précédent

Ces syndicalistes ont également répondu aux craintes de leurs confrères concernant la sécurisation des investissements de la CNaPS dans ce projet. Des investissements qui sont issus des cotisations que les travailleurs et le patronat paient à cette structure pour pouvoir bénéficier plus tard d'une allocation de retraite et d'un système de protection sociale. Selon leurs explications, la CNaPS est la mieux placée pour aider ses membres lorsque ces derniers font face à des difficultés inattendues et sans précédent comme cette crise sanitaire.

« Il appartient à l'État et à la CNaPS de mettre le cadre légal nécessaire pour sécuriser cet investissement et garantir le remboursement. Vu que les bénéficiaires travaillent dans des entreprises formelles et que le prêt sera accordé avec l'accord des employeurs, il est facile de garantir que l'employé va rembourser », affirme de son côté Remi Henri du SEKRIMA.

Ce projet annoncé par le président Rajoelina prévoit l'octroi de prêt pouvant aller jusqu'à 500 000 ariary aux travailleurs du secteur privé, formel, touchés par la crise sanitaire.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.