Madagascar: Haute-Matsiatra - Les huiles essentielles cherchent preneurs

La filière Huiles essentielles de la région Haute-Matsiatra sera soutenue pour trouver un marché à l'international. Une bouffée d'oxygène pour un millier d'acteurs.

Dans l'expectative. Le marché international reste inaccessible pour les acteurs de la filière Huiles essentielles de la région Haute-Matsiatra. Pour l'heure, ils restent principalement de simples fournisseurs pour les exportateurs des régions Vakinankaratra et Analamanga. « Notre région est riche en géranium, Ravintsara, Romarin, eucalyptus ou encore en plantes sauvages, dont l'huile est de très bonne qualité. La filière est structurée, mais elle manque de clientèle valable. La chaîne de valeur de la filière Huiles essentielles compte neuf cent douze personnes, enregistrées officiellement au sein de notre plateforme», explique Jean Chrysostome Honoré Randrianandrasana, président de la Plateforme de concertation et d'appui à la filière Huiles essentielles pour la région Haute-Matsiatra.

« Depuis des années, celle-ci est submergée par les planteurs et les extracteurs, mais peu d'entre nous arrivent à accéder à la chaîne de la commercialisation dominée par des exportateurs d'autres régions », ajoute-t-il. Il souligne également le prix d'achat trop inférieur à la normale du produit, qui demande pourtant, en amont, un travail considérable, de l'énergie, du temps et une certaine compétence. « Si un produit est vendu à 300 000 ariary à l'extérieur, nous l'avons écoulé à 60 000 ariary à des collecteurs et des commerçants locaux. Ce sont les autres qui gagnent et pas nous», déplore le président de la structure.

Parcelles

La ministre de l'Environnement et du développement durable s'est rendue dans la région Haute-Matsiatra, la semaine passée, avec un programme très chargé. Baomiavotse Vahinala Raharinirina, lors d'une rencontre avec les représentants de la Plateforme de concertation et d'appui à la filière Huiles essentielles, a promis des solutions d'ouverture de marché à l'international. «Elle nous soutiendra dans la recherche de clients internationaux pour que tous les acteurs de la filière puissent jouir des retombées économiques de cette activité », se félicite le président Randrianandrasana.

Les enjeux économiques de l'environnement et de la biodiversité vécus et utilisés par les producteurs dans la filière Huiles essentielles ont été soulignés durant la rencontre. « Le ministère de l'Environnement et du développement durable entend réfléchir sur la possibilité de mettre à la disposition des producteurs, des parcelles de reboisement.

Il s'engage également à rechercher des solutions aux difficultés des acteurs avec d'autres ministères tels que le Commerce ou l'Agriculture pour une délocalisation d'un laboratoire d'analyse à Fianarantsoa », souligne la ministre Baomiavotse Raharinirina. Un laboratoire longtemps demandé par les acteurs de la filière. Les échantillons, disent-ils, font face à de nombreux risques jusque dans la capitale pour les analyses. Le Groupement d'intérêt économique de la filière sera ainsi soutenu dans la recherche d'autres marchés.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.