Madagascar: La forêt de Tapia menacée

Faisant la particularité des hauts plateaux, la forêt de Tapia subit une pression anthropique. La participation locale est de mise pour protéger cette ressource naturelle.

L a Grande île regorge d'une multitude de richesses faunistique et floristique qui est actuellement menacée. Parmi elles, les forêts de Tapia ou « Hazon-dandy » une formation végétale endémique du pays qui est en réel de danger. Selon la page du ministère de l'environnement et du développement durable, les activités générées par l'agriculture sur-brûlis ou encore la surexploitation du bois pour en faire du bois de chauffe ou du charbon risquent d'accentuer la dégradation de celle-ci.

Les forêts de Tapia sont principalement localisées dans les régions Itasy, Amoron'i Mania, ou encore Vakinankaratra et dans le massif de l'Isalo. Le pays dispose de 131 000 ha de Tapia. L'importance des forêts de Tapia est tout autant sociale qu'économique et même environnementale. En plus de servir d'activité génératrice de revenu pour la population via l'élevage de vers à soie, la forêt de Tapia joue un rôle majeur dans l'atténuation des impacts du réchauffement climatique. « Un hectare de cette forêt peut stocker jusqu'à dix tonnes de carbones », a indiqué le ministère de l'Environnement et du Développement durable sur sa page.

Aire protégée

La direction interrégionale de l'Environnement et du Développement durable dans la région Bongolava Itasy indique que dernièrement, cinq personnes ont été arrêtées pour charbonnage à Arivonimamo, dans la région Itasy.

La forêt sert également d'habitat pour une diversité faunistique dont les tenrecs, des oiseaux et autres animaux. Le Tapia peut atteindre les 9 à 12 mètres de hauteur. Le ministère de tutelle mise actuellement sur le renforcement de l'implication des communautés locales pour pouvoir protéger cette richesse. Dans la région Itasy par exemple, le potentiel touristique de cette partie qui est non négligeable est tributaire du renforcement de sa protection. « Il faut savoir que le changement climatique, ainsi que la diminution de la précipitation a des impacts sur la forêt. On a déjà procédé au transfert de gestion avec la communauté locale ou le «Vondron'Olona Ifotony» (VOI). Toutes les entités, telle que la Direction interrégionale de l'environnement et du développement durable (DIREDD), la commune, ont leur rôle à jouer dans la protection et gestion des forêts de Tapia », indique Josette Rakotoarimanana, directeur de la DIREDD de Bongolava et Itasy.

Le problème selon la responsable, c'est que dans les parties où il n'y a pas de VOI que les exploitations illicites font rage, la perspective de faire des aires protégées à Arivonimamo et Miarinarivo est en gestation. « Dans un but de protection de la forêt, nous comptons en faire une aire protégée. Les démarches sont également à l'étude pour arriver à ce stade. Le but étant de pouvoir mettre en valeur cette forêt qui fait la particularité des Hauts Plateaux », conclut-elle.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.