Cameroun: Commercialisation du poisson - La piste des marchés locaux

Hier au cours d'une rencontre avec les acteurs de la filière, le ministre du Commerce a promis de mettre à disposition plus d'espaces marchands pour booster les ventes

Une concertation sur la filière poisson local s'est tenue hier à Yaoundé entre le ministre du Commerce (Mincommerce), Luc Magloire Mbarga Atangana et les opérateurs exerçant dans ce domaine. Il était question de voir comment se porte la production, de parler des difficultés qui entravent la filière et de voir comment mettre en place des marchés dédiés aux poissons produits sur le terroir, afin de les rendre plus visibles et accessibles. L'objectif final étant de stopper les importations. Le ministre a compris que la problématique de l'importation était encore bien loin d'être résolue. En effet, le tableau peint par l'administration et les producteurs n'est pas très encourageant.

D'après le sous-directeur de l'aquaculture au ministère de l'Elevage, des pêches et des Industries animales (Minepia), Divine Ngola Tombouh, la consommation globale depoissons est de l'ordre de 550 000 tonnes par an au Cameroun et près de la moitié est importée, ceci représentant une valeur de 160 milliards de F. La production locale est quant à elle estimée à 335 000 tonnes, notamment de capture la pêche maritime et artisanale. Cette production ne peut être compensée que par l'aquaculture qui produit seulement 10 000 tonnes. Voilà qui a amené le Mincommerce à reconnaître que « 10 000 tonnes de poisson ne représentent pas grand chose. Le gap est énorme.A défaut d'arrêter les importations, il est possible de les limiter. Mais l'organisation de la filière est nécessaire aussi. »

Pour ce qui est de la commercialisation, Luc Magloire Mbarga Atangana a insisté sur l'importance de créer des espaces en attendant de mieux structurer la filière pour produire davantage. A cet effet, le Mincommerce a demandé aux producteurs de saisir ses services partout sur le territoire national au cas où ils auraient une production assez consistante, pour l'organisation d'opérations spéciales de ventes. L'on a aussi indiqué que l'idéal était d'arriver à une structuration du marché du poisson. A cet effet, des mesures seront prises pour saisir également les municipalités afin qu'elles mettent à disposition des espaces marchands dédiés exclusivement au poisson local. Parlant de l'aquaculture, les producteurs ont relevé les problèmes qui plombent l'activité. Selon certains, la demande en poisson d'eau douce est forte, mais la production reste inférieure .

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.