Cameroun: Déclaration commune suite à la suspension des plans d'exploitation de la forêt d'Ebo

communiqué de presse

Les Services du Premier Ministère du Cameroun ont annoncé la suspension des plans d'exploitation de la forêt d'Ebo le mardi 11 Août. Cette suspension des plans d'exploitation, que Greenpeace afrique avait qualifié d' "un massacre", maintien l'incertitude sur le sort de la forêt d'Ebo et les droits des populations Banen.

La forêt d'Ebo est d'une importance cruciale pour plus de 40 communautés locales Banen. En pleine crise mondiale liée au Coronavirus, le Gouvernement du Cameroun avait décidé d'ouvrir cette forêt à l'exploitation, menaçant de destruction sa biodiversité unique tout en contribuant à exacerber la crise climatique.

La protection des habitats naturels de la faune peut pourtant être le meilleur pari au monde pour prévenir de futures pandémies telles que la COVID-19.

La suspension des plans d'exploitation ne signifie pas que la forêt d'Ebo est préservée. Greenpeace Afrique et Rainforest Rescue soutiennent la déclaration commune ci-dessous de Sa Majesté Victor Yetina, chef de Ndigbassogog et représentant de l'association Munen Retour aux Sources et du Dr. Ekwoge Abwe, Directeur du Ebo Forest Research Project du Zoo de San Diego:

"Nous nous félicitons de la suspension, pour l'instant, des plans d'exploitation de la forêt d'Ebo, mais exprimons des craintes concernant l'incertitude qui demeure sur son sort. Cette décision du Gouvernement doit être le premier pas vers une reconnaissance des droits du peuple Banen et la protection de la forêt."

"Nous appelons le Gouvernement du Cameroun à respecter ses engagements internationaux**, à promouvoir la cartographie participative et l'aménagement du territoire avec les communautés Banen. De plus, la réforme foncière doit avoir pour élément central la reconnaissance des droits des communautés."

"Les bailleurs de fonds internationaux et les ONG doivent soutenir ces processus, avec une expertise technique et des ressources, pour la forêt d'Ebo ainsi que les forêts du Bassin du Congo en général."

Plus de: Greenpeace

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.