Gabon: « Les réseaux sociaux sont devenus des endroits d'invention de vie », Jonathan Ndoutoume

Au regard de la dernière décennie, avec l'utilisation des réseaux sociaux, grand nombres de choses ont changé sur internet. Certains utilisateurs de ces réseaux sociaux se lancent dans de nouvelles approches de la compétence centrées sur la construction biographique de l'individu et l'invention de soi.

C'est dans ce contexte que le Professeur Jonathan Ndoutoume Ngome s'est vu écrire quelques mots afin de rappeler à tout un chacun de cesser de faire des réseaux sociaux un « make-up du numérique ». Il est géo-politologue, enseignant chercheur à l'Université Omar Bongo (UOB) de Libreville et ancien membre du gouvernement de la république gabonaise.

L'intégralité :

Les réseaux sociaux : Un outil magique !

Les réseaux sociaux, bien que très efficaces pour la diffusion rapide de toute sorte d'information, deviennent de nos jours un outil magique pour certains utilisateurs.

En effet, Facebook, WhatsApp, Instagram, Telegram...sont devenus des outils de construction et de destruction massives de vie, de carrière professionnelle, de scolarité, de parcours académique. Cependant, comme un rêve dans une nuit, une vie construite sur un réseau social tel que Facebook, WhatsApp ou autre ne dure qu'un jour, tout au plus deux (avant de s'évaporer telle une poussière malgré les portes fermées) ; au point où il conviendrait de parler de " bâtir les châteaux en Espagne ". Une véritable téléréalité des temps modernes.

Mais quid de la vie réelle ? Quid de l'être et du paraître ?

Cette vie réelle ne reflète que ce que l'on est sois même véritablement dans son environnement. Le médecin est toujours médecin, l'enseignant l'est toujours, les hommes et femmes mariés le sont, les "Tchizas" le demeurent en attendant un éventuel débouché, un preneur ou encore en gérant toutes leurs relations au gré de leurs « intérêts bassement matériels et financiers » (Richard Auguste Onouviet) pour les besoins de la cause et pour la cause du besoin. L'ingénieur et le banquier vaquent à leurs occupations, les Chômeurs hélas, attendent un éventuel entretien....

Il est d'autant plus vrai que l'utilisation des réseaux sociaux comme refuge pour certaines personnes ne sauraient transformer leur réalité existentielle, que s'y adonner à cœur et joie est loin de changer l'alignement des planètes. Plus clairement, l'artificiel ne saurait se substituer au naturel.

A l'image des crèmes éclaircissantes dont usent certaines femmes pour se décaper la peau, les réseaux sociaux contribuent à noircir ou à éclaircir certaines vies, certaines carrières professionnelles ou politiques, certains parcours scolaires ou académiques, certains CV...

En définitive, les réseaux sociaux, au-delà des objectifs nobles qu'on peut leur assigner, sont devenus des drogues existentielles, des lieux de refuge, des endroits d'invention de vie. A la limite un autre "opium des peuples" après les religions. En clair, les réseaux sociaux sont le make-up du numérique, au même titre que le make-up facial chez les femmes. A la vérité, dès qu'on s'est déconnecté ou démaquillé, voici la question essentielle :

Qui sommes-nous réellement ?

+++ FIN +++

Un message fort et plein de sens qu'a rédigé le Pr Jonathan Ndoutoume Ngome sur des faits constatables actuellement sur les réseaux sociaux. De nombreuses personnes qui, se rejugeant sur les réseaux sociaux, ont l'habitude de « paraître » au lieu « d'être » sont alors appelées, par ces quelques mots, à se résigner et assumer leur réelle vie.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.