Maroc: L'automobile, le textile et l'aéronautique en panne d'exportation

La dégringolade des ventes à l'export se poursuit en raison de la pandémie

Les chiffres sont formels et la situation pourrait empirer si rien n'est fait. Selon les derniers indicateurs des échanges extérieurs à fin juin, les exportations des secteurs de l'«automobile», du «textile et cuir» et de l'«aéronautique» ont été lourdement affectées par les effets de la pandémie de coronavirus (Covid-19).

La dégringolade des ventes observée au cours des quatre premiers mois de l'année 2020 s'est ainsi poursuivie jusqu'à fin juin. En effet, les exportations à l'étranger des secteurs «automobile», «textile et cuir» et «aéronautique» ont connu des baisses respectives de 33%, 34,9% et 18,1% au premier semestre de l'année.

Pour rappel, à fin avril 2020, les ventes réalisées avec l'étranger dans ces trois secteurs avaient fondu de 39% pour l'«automobile», 28,3% pour le «textile et cuir» et 33,9% pour l'«aéronautique», selon le bulletin de l'Office des changes sur les indicateurs des échanges extérieurs à fin avril 2020.

Un mois plus tard, la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) - relevant du ministère de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration - avait à son tour noté la baisse des exportations de 39,4% pour l'automobile, 33,8% pour le textile et cuir et 14,6% pour l'aéronautique.

En détail, au premier semestre 2020, les ventes dans le secteur automobile considéré comme un secteur stratégique dans la politique industrielle nationale, ont atteint 28.145MDH contre 42.011MDH à la même période de l'année 2019. Ce qui correspond à une perte de 13.866MDH équivalant à une baisse de 33%.

Dans son bulletin sur les indicateurs des échanges extérieurs du premier semestre, l'Office des changes a indiqué que l'évolution des exportations du secteur automobile est principalement causé par le recul des ventes de la construction, du câblage et de l'intérieur véhicules et sièges.

Ces trois segments ayant respectivement perdu 7.427MDH (soit une chute de 40,3%), 6.503MDH (38,8%) et 1.052MDH (26,2%), la part du secteur automobile dans le total des exportations s'est ainsi élevée à 23,2% au cours des six premiers mois de l'année contre 28,3% un an auparavant.

A titre comparatif, à fin mai 2020, les ventes à l'étranger du secteur automobile s'étaient infléchies de 39,4% pour ressortir à 21,3 milliards de dirhams, en lien avec le recul des ventes à la fois du segment de la construction automobile (41,5%) et du câblage (-48,6%).

Il est à rappeler que dans sa note de conjoncture n° 281 de juillet 2020, la DEPF avait justifié la baisse des ventes par «l'arrêt des activités des sites de Renault et PSA jusqu'au 06 mai 2020» et «la baisse de la demande en provenance de l'Europe, fortement touchée par la crise sanitaire».

Avec une chute de 34,9%, correspondant à une perte de 6.595MDH, les ventes dans le secteur «textile et cuir» se sont établies à 12.315MDH au titre du premier semestre de l'année en cours contre 18.910MDH durant la même période de 2019.

Sur le repli des exportations du secteur de textile et cuir, l'Office des changes a noté que «celles-ci ont été affectées principalement par le recul des ventes des vêtements confectionnés (4.832MDH) et des articles de bonneterie (1.416MDH)».

D'après les données recueillies, les ventes dans ces deux segments sont passées respectivement de 12.080MDH à 7.248MDH et de 3.687MDH à 2.271MDH, entre janvier- juin 2019 et janvier-juin 2020.

A fin mai, «les ventes à l'étranger du secteur de textile et cuir se sont repliées de 33,8% à 10,6 milliards de dirhams, affectées par la baisse des ventes des vêtements confectionnés (-38,4%) et de celles des articles de bonneterie (-33,8%)», avait de son côté souligné la DEPF dans sa note de conjoncture.

Pour leur part, les exportations du secteur aéronautique ont affiché une baisse de 1.534MDH. Couvrant des filières variées dont le câblage, la mécanique, la chaudronnerie, le composite, l'assemblage mécanique, les ventes de ce secteur ont reculé de 18,1%, pour s'établir à 6.937MDH à fin juin contre 8.471MDH à la même date de l'année précédente.

Selon l'Office des changes, le recul des ventes à l'étranger est lié aux baisses observées au niveau des segments «EWIS» (37,2% ; 2286 contre 3643MDH) et «assemblage» (3,5% ; 4619 contre 4.789MDH).

A titre toujours de comparaison, un mois plus tôt, la DPEF indiquait que «les expéditions du secteur aéronautique ont affiché une baisse de 14,6% à plus de 6 milliards de dirhams, sur fond de recul des exportations relatives à l'EWIS de 39,6%».

Au regard de l'évolution de ces trois secteurs, force est de constater que la situation est préoccupante d'autant plus que ces secteurs pèsent lourdement sur l'échiquier économique national.

Pour bien apprécier le poids de ces secteurs dans l'économie marocaine, rappelons que l'automobile représente le premier secteur exportateur avec plus de 116.000 emplois et un chiffre d'affaires à l'export de 72MDH en 2018 ; le textile compte 1.200 entreprises et emploie plus de 165.000 personnes avec un chiffre d'affaires à l'export de 34,2 MDH, tandis que le cuir regroupe plus de 300 entreprises et 21.000 emplois pour 4,7 milliards de DH de CA.

A souligner que 142 entreprises ayant créé près de 17.500 emplois directs et réalisé 17,35 milliards de dirhams de chiffre d'affaires en 2018, opèrent actuellement dans le secteur aéronautique et spatial au Maroc.

A noter que les chefs d'entreprises du secteur manufacturier sondés dans le cadre d'une enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib anticipaient au trimestre dernier une progression de la production et des ventes dans l'ensemble des branches d'activité, pour les mois de juin, juillet et août 2020.

En attendant d'en savoir plus sur ces anticipations, une panne prolongée des exportations dans ces trois secteurs pourrait impacter profondément la relance de l'économie dont les jalons commencent à être plantés.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.