Afrique: Covid-19 en Afrique - Six mois après

COVID-19 novel coronavirus pandemic outbreak

COVID-19 en Afrique : six mois après

Le virus se propage maintenant des zones urbaines à forte densité vers les zones rurales à plus faible densité de population.

Le 14 août, l'Afrique marque le sixième mois depuis que COVID-19 a été détecté pour la première fois sur le continent. Alors que le virus a traversé de nombreuses autres régions du monde, l'évolution de la pandémie sur le continent africain a été différente.

Non seulement, nous devons suivre l'évolution des tendances mais nous devons également anticiper, prévoir et agir plus rapidement pour éviter des résultats potentiellement désastreux.

Dr Matshidiso Rebecca Moeti

Directeur régional de l'OMS pour l'Afrique

Une analyse préliminaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) révèle qu'une augmentation exponentielle des cas, qui culmine environ deux à trois semaines plus tard, ne se produit pas en Afrique. Au contraire, de nombreux pays connaissent une augmentation progressive des cas de COVID-19 et il est difficile de discerner un pic précis. Les schémas de transmission diffèrent également entre les pays, mais surtout à l'intérieur des pays.

Au début, COVID-19 a surtout touché les capitales. Cependant, le virus se déplace maintenant des zones urbaines à forte densité vers les établissements informels, puis vers les zones rurales à plus faible densité de population.

"En Afrique, freiner COVID-19 est un marathon et non un sprint", a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l'OMS pour l'Afrique. "Nous observons de multiples flambées locales, chacune ayant ses propres schémas et pics d'infection. C'est en renforçant la réponse au niveau communautaire que nous gagnerons cette course. La réponse COVID-19 doit être intégrée dans le tissu de chaque district sanitaire".

Au cours des six derniers mois, les pays ont fait beaucoup de progrès. De nombreux gouvernements africains se sont empressés d'imposer des mesures de verrouillage et de santé publique clés qui ont contribué à ralentir le virus. Au fil du temps, les mesures de prévention, de diagnostic et de traitement ont été renforcées. Tous les pays peuvent désormais diagnostiquer le COVID-19, 14 d'entre eux réalisant plus de 100 tests pour 10 000 habitants. La production d'oxygène, essentielle pour les patients gravement malades atteints de COVID-19, a également considérablement augmenté, le nombre de centrales à oxygène dans la région passant de 68 au début à 119, tandis que le nombre de concentrateurs d'oxygène a plus que doublé pour dépasser les 6 000.

Une récente évaluation de l'OMS basée sur les déclarations de 16 pays d'Afrique subsaharienne a révélé que ces pays ont amélioré leur capacité à répondre à la COVID-19. L'OMS a mesuré l'état de préparation des pays dans toute une série de domaines, notamment la coordination, la surveillance, les capacités des laboratoires, la gestion des cas, la prévention et la lutte contre les infections. Il y a six mois, le score était de 62 % et il est aujourd'hui de 78 %. Si de nombreux progrès semblent avoir été réalisés au niveau national, au niveau des districts, les pays sont généralement à la traîne. Les scores concernant la coordination (38%), la prévention et le contrôle des infections (46%) et les soins cliniques aux patients (47%) sont tous particulièrement bas au niveau des districts.

Bien que des progrès aient été réalisés, il est important que les gouvernements renforcent les mesures de préparation et d'intervention, en particulier au niveau infranational. Avec l'assouplissement des restrictions de mouvement, le virus risque de se propager encore plus loin dans les régions éloignées du continent.

"Non seulement nous devons suivre l'évolution des tendances, mais nous devons aussi anticiper, prévoir et agir plus rapidement pour éviter des conséquences potentiellement désastreuses", a déclaré le Dr Moeti. "Les zones de forte transmission ainsi que les localités où les infections sont relativement moins nombreuses méritent toutes deux l'attention. En bref, nous devons être forts sur tous les fronts".

L'OMS a collaboré avec ses partenaires pour fournir un soutien technique, une formation et des fournitures médicales essentielles, notamment la livraison de plus de 2,1 millions de kits de dépistage et la formation d'environ 100 000 agents de santé.

L'OMS soutient également les pays qui sont témoins d'un grand nombre d'infections par COVID-19. La semaine dernière, les premiers membres d'une équipe de chirurgiens sont arrivés en Afrique du Sud. L'OMS accroît également son soutien aux autres pays qui ont demandé une aide urgente en mobilisant davantage d'experts techniques sur le terrain et en intensifiant la formation pour renforcer les capacités locales, en particulier au niveau des provinces et des districts.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.