Mozambique: Les jihadistes shebabs marquent des points au pays

La violence à Cabo Delgado a contraint des centaines de personnes à fuir leurs maisons. Des combats opposant des militants islamistes qui tentent d'établir un État islamique dans la région et les forces de sécurité mozambicaines. Les civils ont été les principales cibles des attaques des militants islamistes.

Après plusieurs attaques, les djihadistes shebabs, affiliés à l'Etat islamique, se sont emparés du port gazier de Mocimboa da Praia dans le nord du pays. Une avancée pour les shebabs et un coup dur pour les autorités.

Le port de Mocimboa da Praia est finalement tombé aux mains des djihadistes hier après plusieurs jours de combats qui ont opposé les insurgés aux forces spéciales mozambicaines.

C'est à la suite de plusieurs attaques que les djihadistes Shebabs, affiliés à l'Etat islamique, se sont emparés de ce port gazier de Mocimboa da Praia situé dans le nord du pays.

C'est la quatrième fois depuis le début de l'insurrection en 2017 que le groupe des Shebabs tente de s'emparer de Mocimboa da Praia. Mais hier, ils ont réussi à s'emparer du port très stratégique de la localité.

Echec des autorités

Et pour le directeur exécutif du Centre pour la démocratie et le développement au Mozambique, Adriano Nuvunga, c'est un échec de la politique sécuritaire du gouvernement.

"Nous avons échoué en tant qu'Etat, nous avons échoué en tant que société, et les signes sont venus de toutes parts avec l'escalade de la violence. Les insurgés semblent plus organisés, plus équipés surtout lorsqu'ils utilisent des armes plus sophistiquées."

Les Shebas menacent de prendre une autre ville, celle de Pemba située au bord du canal de Mozambique et capitale provinciale de Cabo Delgado. Même si le risque est réel, le journaliste Egidio Placido n'y croit pas tellement :

"Il n'y a vraiment pas de danger d'attaquer la ville de Pemba. De plus, même dans les zones proches de la ville de Pemba, je parle de Metuge, les terroristes ne sont pas encore arrivés mais se trouvent dans les environs. Le danger est proche mais la ville reste très sûre et c'est là que toutes les actions sont coordonnées."

La crainte d'une prochaine attaque

La crainte aujourd'hui dans le pays est que les insurgés gagnent du terrain dans les semaines à venir. Il y a quelques jours, ils avaient affirmé leurs intentions de s'installer, cette fois-ci durablement, dans la ville de Mocimboa da Praia pour en faire leur capitale.

Une menace que les autorités avaient pourtant prise au sérieux en renforçant la sécurité mais ce n'était pas suffisant, estime Egidio Placido.

"D'après les signes qui ont déjà été donnés récemment, il est clairement très difficile d'expulser ces terroristes pour une raison simple: au début de cette année, plusieurs vidéos ont circulé montrant des populations soutenant les terroristes. Il y a un travail de base qui doit être fait au niveau communautaire."

Un travail difficile à faire puisque Mocimboa da Praia est la ville d'origine d'une grande partie des insurgés. Et aussi une zone très stratégique pour les djihadistes puisqu'elle se situe à une soixantaine de kilomètres seulement des sites de gaz naturels.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.