Niger: Pas question pour le HCR d'abandonner les réfugiés

La responsable du Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés Niger explique comment l'agence continue de travailler, malgré l'insécurité dans le Sahel et la "zone rouge".

Le gouvernement français a placé le Niger en "zone rouge" sur l'ensemble du territoire, sauf la capitale, Niamey. Cette décision fait suite à l'attaque de la région de Kouré, où six humanitaires français et leur guide nigérien ont été tués par des hommes armés le week-end dernier.

Mais en plus d'être une façon de déconseiller formellement aux ressortissants européens de se rendre dans le pays, le placement en "zone rouge" a des répercussions sur le travail au quotidien des ONG et organisations humanitaires qui se trouvent sur place.

Le HCR, par exemple : or, l'agence onusienne pour les réfugiés travaille surtout hors de Niamey, là où vivent les réfugiés maliens et nigérians essentiellement.

Explications d'Alessandra Morelli, elle dirige le bureau du Haut-commissariat de l'Onu aux réfugiés au Niger. Cliquez ci-dessous pour écouter l'interview:

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.