Sénégal: Différend foncier à Tobène - La Gendarmerie interpelle plusieurs personnes

13 Août 2020

La question de l'extension de l'exploitation du phosphate sur le plateau de Tobène, héritée par les Industries chimiques du Sénégal suite à sa fusion avec la compagnie des phosphates de Taïba en 1997, a pris, depuis hier, une nouvelle tournure.

Dès l'aube, la Gendarmerie a cerné le village et sommé les populations de rester chez elles. Une injonction mal prise par les villageois dont certains ont décidé de passer outre.

Suffisant pour que les esprits s'échauffent. Les pandores ont vite fait de tuer dans l'œuf cette «rébellion» en procédant aux arrestations des principaux responsables de la résistance.

Car, selon des populations de Tobène, ce qui les oppose aux Industries chimiques du Sénégal est simple à comprendre.

«Depuis que les Ics sont dans la dynamique d'exploiter les phosphates qui se situent sur nos champs, nous leur avons indiqué ne pas pouvoir nous y opposer, mais qu'elles nous compensent à un taux juste» soutient un habitant de Tobène.

Des négociations difficiles et longues ont été menées sous la houlette la Commission départementale d'évaluation des impenses avec à sa tête l'autorité administrative.

D'après Ousmane Ndiaye, secrétaire général des Ics Mines, cette commission ne peut pas travailler si l'espace concerné n'est pas délimité alors que les arbres fruitiers et les cultures trouvés dans les champs ne sont pas répertoriés.

«Or, depuis plus de cinq mois, les Ics paient l'entreprise en charge de décaper à perte parce qu'elle ne peut pas travailler à cause de l'opposition des populations», a-t-il confié.

Et de poursuivre : «Au vu des informations officielles émanant de la commission, les populations de Tobène exigent 20 millions à l'hectare aux Ics en sus des impenses».

S'agissant de la faiblesse du barème des indemnisations qui fixe à 1 million 50 000 FCfa l'hectare, plus le paiement des impenses, le secrétaire général révèle que les Ics ont ajouté 1 million, ce qui fait 2 millions 50 000 FCfa à l'hectare.

«La démarche qu'on propose aux populations et aux autorités a été la même lorsqu'il s'est agi de déplacer les villages de Ndoyène, de Mbar Ndiaye et de Mbar Diop», a-t-il rappelé.

Donc, pour Ousmane Ndiaye, il faut que les populations de Tobène comprennent qu'on ne peut pas discuter d'indemnisation avant d'évaluer ce qui se trouve sur le terrain.

«Nous ne sommes qu'à la première étape consistant à décaper et il faut savoir que le phosphate se trouve dans ces zones entre 70 et 80 mètres de profondeur», a-t-il précisé.

Du côté des populations, l'information selon laquelle les habitants des villages de Mbar Diop et Mbar Ndiaye ont été indemnisées à hauteur de 9 millions de FCfa à l'hectare a été brandie contre les Ics et cela, depuis plusieurs années.

Tobène et environs sont des villages situés dans la commune de Méouane, dans le département de Tivaouane.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.