Burkina Faso: Publication d'ébats sexuels sur la toile - Si la bêtise avait un nom...

Deux images ont fait le tour de la toile en fin de semaine dernière. Il s'agit, d'un côté, d'un homme, la soixantaine bien sonnée, en train de se filmer dans sa tenue d'Adam. Et de l'autre, une dame, dans sa tenue d'Eve, présentant son intimité, dans un film qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux.

Oh , braves gens, où allons-nous ? Pourquoi des adultes vont-ils se permettre pareille légèreté ? Franchement, j'ai envie de dire que notre monde va à la dérive. Il va à la dérive parce qu'il ne se fixe aucune limite.

Je me rappelle, à ce propos, que mon père, vieux de 80 ans, me disait un jour qu'il préférait l'époque de nos aïeux, à ce monde qui se veut moderne. Au début, j'avais du mal à le comprendre mais au fil du temps, j'ai commencé à le comprendre.

Car, ce qui était interdit et inimaginable autrefois, passe pour être un fait banal ; en témoignent certains de nos comportements qui frisent la bêtise au sens plénier du terme. En tout cas, pour moi, rien ne peut justifier la publication d'ébats sexuels d'adultes sur la toile.

Je dis bien rien. Je me demande d'ailleurs parfois si certaines personnes ne sont pas nées après la honte si fait qu'elles ne la connaissent pas. En tout cas, ce n'est pas facile. Et même moi fou, je n'aimerais pas être à la place de cet homme ni de cette dame. Rien qu'à y penser, j'ai de fortes frayeurs.

Les réseaux sociaux ne sont pas des zones de non-droit

C'est pourquoi je souhaite que les uns et les autres puissent tirer leçon de cette affaire qui continue de défrayer la chronique. Je pense que chacun de nous doit savoir raison garder en évitant certains faits et gestes. Car, avec l'avènement des nouveaux outils de communication, on peut facilement gâcher la vie de quelqu'un.

Hier, c'était des enregistrements sonores qui avaient conduit un magistrat et son complice en prison. Aujourd'hui, ce sont les ébats sexuels d'un homme et d'une femme, qui ont été publiés avec tout ce qu'ils ont de laideur.

Que nous réserve demain ? C'est la question que je me pose personnellement. Car, je suis sûr que cette affaire peut en provoquer d'autres. J'ai entendu dire que des jeunes filles sont actuellement en train de faire du chantage à certains de leurs partenaires sexuels qui sont des hommes mariés.

Elles menacent de publier certaines de leurs photos si... Je connais même un homme qui, depuis peu, ne dort plus que d'un œil ; tant il sait sa maîtresse capable de tout. Pour le moment, me confiait-il, il compte sur la fermeté du procureur pour se tirer d'affaire.

Lui seul peut le sauver. En tout cas, moi même, je souhaite que le procureur mette tout en œuvre pour que les uns et les autres comprennent que les réseaux sociaux ne sont pas des zones de non-droit. C'est à ce prix que l'on pourra donner un visage humain à ce monde en perte de valeurs et de repères.

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.