Cote d'Ivoire: Manifestations de l'opposition à Daoukro

Manifestations non autorisées de l'opposition à Daoukro, Bonoua et ailleurs... .

Dans une conférence de presse animée le jeudi 13 août 2020, dans un hôtel à Abidjan-Cocody, le directeur exécutif du Rhdp, Adama Bictogo a appelé le gouvernement à ouvrir des enquêtes sur les incidents qui se sont produits à Daoukro le mercredi 12 août 2020, lors des marches de contestation de la candidature d'Alassane Ouattara à l'élection présidentielle d'octobre, initiées par l'opposition.

« On déplore qu'il y ait eu des incidents à Daoukro chez Bédié. Il doit être conséquent avec lui-même et considérer que sa responsabilité peut être aussi engagée car c'est chez lui à Daoukro que ces événements ont eu lieu, au lieu de nous faire croire par un communiqué que les forces de l'ordre n'ont pas encadré les militants de bonne foi. Mais non !

Le siège du Rhdp a été saccagé par des gens envoyés par le président de région d'Iffou, en la personne d'Adam Kolia et par le député Olivier Akoto. Ils sont connus, ils sont commanditaires. Ce que nous ne supporterons pas, c'est que nos sièges soient saccagés.

Pour l'heure, nous avons demandé de la retenue parce que le sens de la responsabilité nous le commande. Mais dès lors qu'ils vont s'attaquer à nos sièges et nos militants, nous ne pourrons respecter une certaine posture d'attente. L'État va jouer son rôle. Nous appelons le gouvernement à prendre ses responsabilités à faire valoir la loi.

Et nous souhaitons que des enquêtes soient ouvertes aussi bien au niveau des commanditaires que ceux qui ont commis les actes », a-t-il fait savoir. Adama Bictogo s'est montré aussi plus clair sur la position du Rhdp quant au débat qui a cours actuellement en Côte d'Ivoire relativement à l'éligibilité d'Alassane Ouattara : « L'opposition crie dans le vide.

Nous au Rhdp, nous ne sommes même pas concernés par leur débat. Pour nous, le débat est clos. Ado est candidat, c'est fini. Il n'y a que le conseil constitutionnel seul qui peut décider de l'éligibilité d'un candidat.

Ce n'est pas à l'opposition de le faire. Le Rhdp est droit dans ses bottes. Nous irons à cette élection présidentielle avec le président Alassane Ouattara.»

Dans un communiqué rendu public par Ibrahima Cissé Bacongo, en sa qualité de Directeur de cabinet du président du Rhdp, Alassane Ouattara, le même jour , le parti houphouëtiste a attribué au candidat du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, la responsabilité des incidents survenus à Daoukro, le mercredi 12 août dernier lors des manifestations de rue des jeunes de l'opposition.

« Les morts et les graves blessés enregistrés par hasard à Daoukro, sa ville natale, et devant lesquels nous devons tous nous incliner sont imputables au président Henri Konan Bédié, à lui et lui seul qui doit en répondre.», indique, en substance le communiqué produit en réponse au message du président du parti septuagénaire produit par voie de presse dans la nuit du mercredi 12 août, faisant suite aux événements de la capitale de la région de l'Iffou.

Pour le Rhdp, «Ce message est indigne d'un ancien Président de la République de notre pays et trahit le véritable auteur, commanditaire, concepteur et responsable des prétendues marches pacifiques et de leurs conséquences sur la paix et la sécurité.

En effet, il n'est nullement besoin d'insister sur le fait que le président du Pdci-Rda devrait savoir plus que d'autres citoyens ivoiriens que conformément aux dispositions pertinentes de la constitution, seul le conseil constitutionnel est juge en dernier recours de l'éligibilité ou non d'un candidat, en l'occurrence à l'élection présidentielle.

Le président Aimé Henri Konan Bédié se discrédite en tentant de violer l'indépendance du juge constitutionnel au moyen de la pression dans la rue pour éviter dans un combat démocratique régulier, d'avoir à proposer aux Ivoiriens une offre politique alternative face au bilan du président de la République en place.»

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.