Burkina Faso: Signature du second Compact du MCC - 450 millions de dollars officiellement acquis

Le gouvernement du Burkina Faso et le Millenium Challenge Corporation (MCC) du gouvernement des États-Unis ont signé à Washington, le jeudi 13 août 2020, un Compact quinquennal de plus de 500 millions de dollars US.

Le processus de formulation du second compact, conduit par l'UCF-Burkina, est arrivé à son terme avec la signature du second Compact du MCC pour le Burkina Faso le jeudi 13 août 2020 à Washington (USA).

La cérémonie a vu la participation effective de Keith Krach, P-DG du MCC, de Seydou Kaboré, ambassadeur du Burkina Faso aux Etats-Unis, et de Tibor Nagy, sous-secrétaire à la croissance économique, à l'énergie et à l'environnement du département d'État américain.

Le gouvernement du Burkina Faso et le Millenium Challenge Corporation (MCC) du gouvernement des États-Unis ont signé à Washington, le jeudi 13 août 2020, un Compact quinquennal de plus de 500 millions de dollars US.

Il s'agit d'une subvention de cinq ans conçue pour améliorer la croissance économique et réduire la pauvreté au Burkina Faso.

Alors que le MCC s'est engagé à investir 450 millions de dollars dans l'accès à l'électricité au Burkina Faso, le gouvernement burkinabè s'est également engagé à investir plus de 50 millions de dollars dans les projets retenus portant l'investissement total pour le programme à 500 110 795 dollars US (plus de 277 milliards FCFA) et confirmant ainsi son fort engagement pour le succès du compact.

Ce second compact, axé sur l'énergie, s'attaquera essentiellement au coût élevé, à la mauvaise qualité et au faible accès à l'électricité au Burkina Faso, en améliorant les infrastructures énergétiques, la capacité de production et la diversification des sources d'énergie.

Cet investissement structurant permettra de stimuler la croissance économique et de réduire la pauvreté à travers des investissements qui toucheront le domaine de l'électricité dans sa globalité pour améliorer durablement le service en matière d'accès et de réduction du coût pour les ménages et les entreprises.

Avec cet investissement combiné de plus de 500 millions de dollars, on estime que ce compact bénéficiera à 8 millions des 19 millions d'habitants du Burkina Faso.

Notre pays, le Burkina Faso, possède l'une des économies les plus dynamiques d'Afrique, mais il a un grand besoin d'investissements stratégiques pour soutenir cette croissance.

C'est ainsi que le deuxième Compact du Burkina Faso a été formulé en étroite collaboration avec le gouvernement burkinabè pour investir dans le secteur de l'électricité afin de soutenir et d'élargir la croissance économique du pays sur le long terme.

Le président Roch Marc Christian Kaboré, qui est intervenu en visioconférence au cours de la cérémonie, a dit témoigner toute sa gratitude au peuple américain et à son gouvernement pour les soutiens multiples à son pays, le Burkina Faso.

Se prononçant sur la spécificité de ce compact, il a indiqué que l'accès des ménages à l'électricité ouvre des perspectives pour l'amélioration de leurs sources de revenus et de leurs conditions de vie, toutes choses qui participent à la réduction de la pauvreté.

Le président Roch Marc Christian Kaboré a indiqué que cette étape de signature marque le début de la préparation de la mise en œuvre d'un processus qui sera jalonné par des réformes et des engagements dont il a donné l'assurance de la bonne exécution.

Une démarche scientifique et inclusive pour formuler des projets

Déclaré éligible à formuler un second Compact en décembre 2016, le Burkina a mis en place l'Unité de Coordination de la Formulation du Second Compact (UFC-Burkina) qui a identifié, à travers une démarche scientifique et inclusive, les projets susceptibles de résoudre la plus grande contrainte à la croissance économique du pays : « le coût élevé, la mauvaise qualité et le faible accès à l'électricité ».

Le second Compact qui sera mis en œuvre sur une durée de cinq ans (mi 2022-mi 2027) s'articule autour des trois projets suivants :

- Le projet de renforcement de l'efficacité du domaine de l'électricité vise à renforcer le cadre législatif, réglementaire et institutionnel du secteur de l'électricité afin de réduire le coût du service et d'améliorer les performances globales du secteur ;

- Le projet d'accroissement de l'offre d'électricité moins coûteuse s'attaquera au coût et à la qualité de l'électricité, par la construction d'un nouveau centre de téléconduite de l'électricité, la mise à niveau du centre de répartition (dispatching) existant et l'amorce d'une transition énergétique par la substitution progressive de l'énergie solaire moins coûteuse à l'énergie thermique importée ;

- Le projet réseaux et accès à l'électricité vise à améliorer l'accès à l'électricité des citoyens des deux plus grandes villes du Burkina Faso - Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. Ce projet devrait bénéficier à 4,3 millions de personnes.

Il faut noter qu'une période de préparation de 18 à 24 mois, pour la mise en place des structures et du personnel du MCA-Burkina Faso II s'ouvre à partir de la signature de l'accord de don. Cette cérémonie fait suite à l'approbation du Programme Compact du Burkina Faso par le Conseil d'Administration du MCC, le 17 juin 2020.

Ce compact - le deuxième, entre le MCC et le Burkina Faso - fait partie d'un long partenariat qui a débuté en 2005.

Ce nouveau Compact s'appuiera incontestablement sur le succès du premier Compact du MCC avec le gouvernement burkinabè qui a investi 480 millions de dollars dans l'agriculture, la sécurisation foncière, la gestion de l'eau, le désenclavement et l'éducation des filles.

Le premier compact du MCC avec le Burkina Faso avait permis de construire plus de 418 km de routes primaires et secondaires pour accroître l'accès aux marchés locaux et a distribué 2,8 millions de dollars en prêts agricoles et ruraux.

On estime que l'investissement du premier Compact bénéficiera à 1,23 million de citoyens burkinabè à l'horizon 2034.

A la clôture de ce premier compact en 2014, les infrastructures réalisées ont été rétrocédées aux départements ministériels concernés qui en assurent l'entretien et continueront de le faire pour les années à venir.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.