Congo-Kinshasa: 27 millions USD alloués à la lutte contre Covid-19 - L'IGF atteste le détournement des fonds et transfère le dossier en justice

«L'IGF [Inspection Générale des Finances] a trouvé des faits de mégestion caractérisée et nous avons déjà saisi la justice de la République où nous avons transféré le dossier pour une prise en charge et nous espérons que dans les tout prochains jours la justice pourra interpeller les personnes concernées dans ce dossier», a révélé Jules Alingete au cours d'une conférence de presse tenue ce jeudi 13 août 2020 à Kinshasa.

Cet Inspecteur Général des Finances a fait savoir que les enquêtes diligentées par son service font état de détournement dans la gestion des fonds alloués à la lutte contre la pandémie de coronavirus et du compte général de l'Etat au niveau de la Banque Centrale du Congo (BCC). Cette nouvelle suscite donc la panique au sein du Ministère de la Santé accusé d'une gestion calamiteuse et opaque d'une somme astronomique de 27 millions de dollars américains débloqués par le Gouvernement de la République.

Tout le monde sait que le Ministre de la Santé, Eteni Longondo, et son Vice-ministre, Albert M'Peti, sont à couteaux-tirés. Aussi, une mission d'inspection a-t-elle été diligentée en vue de procéder au contrôle de la gestion des fonds, biens, dons et ressources de toute nature, mis à la disposition du comité multisectoriel de lutte contre la Covid-19. Contrôler la destination et la justification des affectations données aux ressources susmentionnées ainsi que la régularité des engagements conclus. Telle est la mission assignée aux Inspecteurs Généraux des Finances Djamba Ya Ndjondji, Wasongolua Ndongolo et Mutombo Kalonji, qui viennent de rendre les conclusions de leurs enquêtes.

Il revient maintenant à la justice de départager Eteni Longondo et Albert M'Peti dans cette affaire. Il sied de rappeler que c'est ce dernier, en l'occurrence le Vice-ministre de la Santé, qui a lancé l'alerte à travers son mémorandum confidentiel adressé au Chef du Gouvernement, Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Dans ce document qui a enflammé la toile, Albert M'Peti dénonçait, en effet, la «gestion calamiteuse et opaque» par son titulaire des fonds alloués à la lutte contre la pandémie de coronavirus.

Le Vice-ministre de la Santé a dit subir régulièrement des pressions pour signer des documents financiers non prioritaires et complaisants tels que le bon d'engagement n°023866 concernant l'achat de produits pharmaceutiques , d'entretien et hygiéniques en faveur de la polyclinique Pierrot Nketi pour un montant de 23.300.588 CDF et de l'ordre de paiement n°1250/CAB/MIN/S d'un montant de 122.197.075 CDF en faveur de Madame Diazelomoka Walela Gina, Administrateur Gestionnaire Titulaire de l'hôpital Kimbanguiste de Kinshasa pour le paiement des factures des malades insolvables libérés sur ordre du ministre de la Santé après son passage dans ce centre hospitalier le 19 mai 2020.

Accusant Eteni Longondo chez Sylvestre Ilunga, Albert M'Peti a aussi écrit : «Au Ministère de la Santé, il existe des solides réseaux mafieux créés à dessein pour détourner ces Fonds. Certains membres du Cabinet, en intelligence avec ces réseaux maffieux, dilapident systématiquement les Fonds alloués par le Gouvernement et les partenaires. Ces réseaux maffieux exigent des retro commissions jusqu'à hauteur de 35% auprès des structures bénéficiaires de ces Fonds». Dans ce même mémorandum, ce Vice-ministre accuse également son titulaire de signer seul le décaissement de gros montants et de ne jamais l'associer dans la gestion de ces fonds sauf, des petites sommes, alors qu'il devait contresigner suivant les prescrits de l'ordonnance n°20/016 du 27 mars 2020 portant organisation et fonctionnement du Gouvernement.

Après l'audit de l'IGF, le Vice-ministre de la Santé aurait donc eu gain de cause. C'est maintenant à la justice de faire correctement son travail pour éclairer la lanterne de l'opinion sur l'utilisation de ces 27 millions de dollars américains. Dossier à suivre.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.