Maroc: L'immobilier après le confinement - ça commence à bouger

Les professionnels du secteur de l'immobilier ont accueilli favorablement les mesures de relance mises en place

Un mois et demi après le passage à la deuxième phase du plan d'allègement du confinement imposé par la crise du nouveau coronavirus (Covid-19), l'immobilier commence à envoyer des signaux positifs d'une relance, quoique timide, mais rassurante pour envisager un redémarrage sur de bonnes bases.

Ce secteur, en berne bien avant la pandémie du Covid-19, a profité d'une batterie de mesures visant essentiellement à stimuler la demande via diverses incitations d'ordre fiscal et financier, dont la baisse des taux d'intérêts, la réduction des droits d'enregistrement, la suspension du référentiel, etc. Le changement du comportement des consommateurs a également joué un rôle majeur dans cette relance, rapporte la MAP.

D'ailleurs, une bonne partie des ménages souhaitant préserver son capital s'est orientée vers l'immobilier qui est considéré comme une valeur sûre, particulièrement durant les périodes de crise. Encore faut-il que ce bien immobilier soit d'une bonne qualité.

Contacté par la MAP, le directeur général délégué - Pôle Conseil et transaction au groupe A. Lazrak et member of the Royal Institution of Chartered Surveyors (MRICS), Karim Tazi, a affirmé que les professionnels du secteur de l'immobilier ont accueilli favorablement les mesures de relance mises en place.

Au niveau du segment résidentiel, la classe moyenne était très active quant à la recherche d'appartements, de lots de terrain et de petites villas en périphérie, et ce depuis le mois de juin dernier (période post-confinement), a-t-il fait remarquer.

Et de poursuivre: "Les visites et les signatures de compromis de vente entre le promoteur et l'acheteur ont augmenté significativement. Toutefois, la conclusion des transactions prend plus de temps en raison du financement. Les mesures d'accompagnement sont là, mais il faut que les banques jouent leur rôle aussi en matière de déblocage des fonds".

En outre, M. Tazi a noté que la suspension du référentiel des prix de l'immobilier a permis aux achats et ventes de suivre une tendance haussière.

"A un moment donné, ce référentiel ne pouvait plus représenter le marché en temps réel, puisque chaque actif est spécifique. Sa suspension va ainsi booster les négociations pour aboutir à des transactions, ce qui profitera généralement à l'économie nationale", a-t-il relevé.

S'agissant des prix, M. Tazi a souligné qu'ils se sont corrigés depuis presque deux ans. "Nous avons eu au cours de la période 2013-2017 une suroffre sur le marché et un ralentissement économique et par conséquent les prix n'étaient plus en phase ni avec le pouvoir d'achat ni avec les marges des promoteurs".

Dès lors, il a fait valoir que la baisse des prix a essentiellement touché le mauvais stock (des appartements mal conçus et mal situés, ou encore des grandes surfaces construites dans des zones où l'on demande des petites, etc). "Les promoteurs ayant baissé leurs prix ont essayé de liquider le mauvais stock, mais le bon était déjà à un bon prix".

Les crédits immobiliers, un léger rebond se dessine

La réduction du taux directeur de Bank Al-Maghrib (BAM) deux fois durant cette année pour le ramener à 1,5% et la libération intégrale du compte de réserve au profit des banques ont permis d'observer une légère hausse des crédits immobiliers.

A en croire les chiffres de BAM, les concours à l'immobilier ont augmenté, en glissement annuel, de 1,6% au cours du mois de juin dernier. En détail, les crédits à l'habitat ont progressé de 1,8%, tandis que le financement participatif à l'habitat a grimpé de 46,9%.

De même, les crédits aux promoteurs immobiliers ont affiché une hausse de 0,4% par rapport à juin 2019.

Ces performances sont aussi le fruit d'un effort colossal déployé par les banques marocaines qui ne cessent d'innover et d'adapter leurs offres pour garantir les meilleures conditions à leur clientèle.

Tel est le cas pour Bank Of Africa (BOA) qui a lancé récemment une nouvelle plateforme de souscription de crédit immobilier en ligne, baptisée "credithabitat.ma".

Cette plateforme permet aux clients, sans avoir à se déplacer, de réaliser leur simulation, d'instruire leur demande de crédit immobilier, de recevoir une offre commerciale, de télécharger les pièces justificatives et de suivre l'avancement de leur dossier de crédit, le tout avec une assistance personnalisée assurée par les équipes de l'Agence Directe à toutes les étapes du parcours en ligne.

Ce nouveau parcours digital offre aux utilisateurs plusieurs avantages, notamment une expérience client simple et fluide, un accord de principe instantané, la possibilité de joindre ses pièces justificatives en ligne, sans avoir à se déplacer, outre un parcours limitant les déplacements en agence à un seul déplacement au moment de la signature des contrats.

Il permet également aux clients particuliers, professionnels et Marocains résidant à l'étranger (MRE) de souscrire à leur crédit immobilier à distance et de bénéficier d'une offre préférentielle exclusive à ce canal, notamment à travers la gratuité des frais de dossiers et des frais d'expertise.

Par Hicham Louraoui

(MAP)

La contribution des MRE au développement local mise en avant à Fès

La contribution efficiente des Marocains du monde aux efforts de développement entrepris dans les différents domaines au niveau de la préfecture de Fès a été mise en avant, récemment, à l'occasion de la célébration de la Journée nationale du migrant.

Lors d'une rencontre de communication organisée par la wilaya de la région Fès-Meknès, en partenariat avec le Centre régional d'investissement (CRI), sous le thème "La contribution des compétences des Marocains établis à l'étranger dans les chantiers du développement national", l'accent a été mis sur les différentes réalisations accomplies en matière d'accompagnement des Marocains du monde.

Le wali de la région Fès-Meknès, gouverneur de la préfecture de Fès, Said Zniber, a rappelé l'importance "curiale" du lancement de la Journée nationale des MRE en 2003, conformément aux Hautes instructions de S.M le Roi Mohammed VI.

Il a indiqué que cette rencontre vise à examiner les moyens d'impliquer les Marocains du monde dans les grands chantiers lancés par le Maroc, tout en saluant le rôle que joue la communauté marocaine établie à l'étranger en tant qu'ambassadrice du Maroc dans les pays d'accueil.

M. Zniber a aussi souligné les actions déployées par le gouvernement marocain en matière d'amélioration de la qualité des services fournis aux Marocains du monde et de création des structures d'accueil, destinées à faciliter leur orientation et les procédures administratives qui les concernent.

Le directeur du CRI Fès-Meknès, Yassine Tazi, a indiqué, de son côté, que les compétences marocaines établies à l'étranger sont appelées aujourd'hui à adhérer aux chantiers de développement et à mettre à profit leurs expériences et leurs expertises dans le développement de leur pays et de leur région.

Le CRI et ses différents services décentralisés régionaux et territoriaux sont mobilisés durant toute l'année pour servir les intérêts des MRE, répondre à leurs attentes et résoudre leurs problèmes, a-t-il poursuivi.

M. Tazi a aussi mis en avant l'importance qu'accorde le CRI, l'administration publique et les conseils élus à l'encouragement des investissements des MRE qui connaissent un "saut qualitatif", à la faveur des plans sectoriels basés sur les grandes orientations de développement dans de nombreux domaines.

Cette rencontre, qui s'est déroulée dans le strict respect des consignes sanitaires, a été une occasion pour apporter des réponses aux des questions et attentes des MRE.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.